Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
/ Et aussi... / Baromètre DJEPVA : Une forte augmentation de l’engagement des jeunes en 2016

Baromètre DJEPVA : Une forte augmentation de l’engagement des jeunes en 2016

barometre2016-5Réalisée par le Centre de recherches pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC) avec l’appui de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), cette enquête menée auprès de 4000 jeunes relève une importante hausse de l’engagement bénévole des jeunes. Retour sur les chiffres clés de ce nouveau baromètre commandité par la DJEPVA.

Trois grandes thématiques structurent les résultats cette année : le regard porté par les jeunes sur la société et sur leur propre situation, l’engagement citoyen (adhésion associative, freins et leviers à l’engagement bénévole, mobilisation citoyenne sur les réseaux sociaux, opinion sur le service civique) et enfin l’accès aux droits et dispositifs en faveur de l’insertion. Focus sur l’engagement citoyen des jeunes.

L’engagement bénévole concerne plus du tiers des jeunes  

35 % des 18-30 ans déclarent donner bénévolement de leur temps en consacrant quelques heures à une association ou autre organisation au moins ponctuellement dans l’année. Un quart le fait régulièrement, que ce soit chaque semaine ou chaque mois. Par rapport à leurs voisins européens, les jeunes français âgés présentent un taux de participation bénévole très haut. Distancé par les Islandais, nos jeunes sont devant les Allemands et les Anglais. L’engagement bénévole et l’adhésion associative ne se recouvrent pas totalement. A noter qu’un tiers des jeunes français (34%) adhèrent à au moins une association.

Le service civique : Un dispositif bien connu qui suscite l’adhésion de quatre jeunes sur dix 

Les trois-quarts des jeunes connaissent le dispositif, le service civique est un dispositif d’engagement volontaire au service de l’intérêt général ouvert aux 16-25 ans, élargi à trente ans pour les jeunes en situation de handicap. Accessible sans condition de diplôme, le service civique est indemnisé et s’effectue en France ou à l’étranger. 74 % des jeunes français interrogés déclarent avoir déjà entendu parler du service civique mais seuls 8 % indiquent en avoir déjà fait un. Ce chiffre laisse supposer une connaissance imparfaite du dispositif. Le projet d’engagement civique semble d’avantage attirer les jeunes en quête d’insertion.

L’envie d’être utile à la société  

Si 43 % se disent intéressés par un service civique, il faut noter qu’un jeune sur cinq n’est pas du tout prêt à s’engager par le biais de ce dispositif, il n’empêche qu’il attire les français de moins de trente ans en quête d’insertion. En effet, les chômeurs (51 %), les salariés en alternance (50%), et en particulier les étudiants en logement autonome (54 %), déclarent plus souvent être intéressés que la moyenne des jeunes (43 %). A l’inverse les personnes déjà engagés dans des projets professionnels, en emploi, se disent moins souvent intéressés par l’idée de se lancer dans le dispositif (37%). Notons que les jeunes les plus éloignés de l’insertion professionnelle, sans emploi ni formation et sortis du système avec un niveau de diplôme inférieur au bac manifestent un intérêt à peine plus prononcé (47 % contre 43 % pour les autres) pour le programme. En 2015, 91 jeunes ont effectué leur service civique à la Fédération Léo Lagrange.

En savoir plus sur le service civique à la Fédération Léo Lagrange, découvrez notre dossier dédié.


Vers le haut