Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
/ Toute l'actualité / Comment sont évalués les stagiaires BAFA à Léo Lagrange ?

Comment sont évalués les stagiaires BAFA à Léo Lagrange ?

BAFA
L’objectif central de l’évaluation dans le cycle BAFA (Brevet d’aptitude aux fonctions de l’animateur) est de contribuer à la prise de conscience personnelle de chaque stagiaire sur son niveau d’acquisition et d’expression des « savoirs », « savoir-faire » et « savoir-être » fondamentaux pour bien accomplir le rôle et les fonctions d’animateur en Accueils collectifs de mineurs.

Le BAFA c’est facile, n’importe qui peut l’avoir !
Légende urbaine au combien entendue ! Et oui, contrairement à ce que beaucoup de personne croient, il est possible de ne pas valider une des étapes du BAFA.
Rassurez-vous, les formateurs et formatrices ont à cœur de favoriser la réussite des stagiaires, et ils s’en donnent la peine. Il n’empêche que le BAFA est un brevet, certes non professionnel, mais sa délivrance inclut la prise en charge de jeunes mineurs dans le cadre d’accueils collectifs. Etre animateur c’est de la responsabilité.

Alors quels sont les critères de validation ?
Le BAFA est un cursus en trois étapes : la formation générale / le stage pratique / la formation approfondissement. Une fois l’ensemble de ces étapes validées par le jury BAFA, vous êtes titulaire du BAFA. A chaque étape, les critères de validation sont différents puisque les attentes ne sont pas les mêmes.
En formation générale :

  • vous découvrez. Ainsi, nous attendons de vous de la curiosité, de l’envie, de l’investissement.
  • vous vous initiez à ce qu’être animateur signifie : les formateurs-trices vous transmettent un ensemble de notions comme la connaissance de l’enfant – la réglementation – qu’est-ce qu’un projet ? – comment construire une animation, etc. Nous attendons de vous de l’intérêt, de l’attention, du positionnement, de la compréhension, et de l’appropriation.
  • Vous expérimentez des séquences d’animation : l’objectif est de vous de mettre à profit ce que vous avez vu-entendu-discuté, de savoir travailler en équipe, d’analyser les points forts et les points à améliorer de votre séquence, de prendre en considération les remarques vous permettant de progresser, etc.
  • Vous vivez le collectif: écoute, respect, bienveillance, travail d’équipe, entraide sont des qualités sur lesquelles les formateurs–trices sont très vigilants.

C’est bien sur cet ensemble que vous êtes évalués.

BAFA

Si je rate ma séquence d’animation, cela ne remet pas en question l’éventuelle validation ?
Il est rare de « rater sa séquence ». Les formateurs-trices vous accompagnent et vous aiguillent afin que cela n’arrive pas ou de manière limitée. A la Fédération Léo Lagrange, nous favorisons la pédagogie de la réussite, c’est-à-dire que nous favorisons les situations de réussite, plutôt que les situations d’échec.
Et pour répondre à la question, OUI, ce n’est pas parce qu’une séquence d’animation ne s’est pas bien déroulée que la validation est compromise.
Il faut bien avoir en tête, que la non validation a lieu en raison d’une cumulation de critères (pas de positionnement, pas de remise en question, pas d’entraide avec le reste du groupe, non compréhension des consignes, etc.).

En approfondissement, les critères sont-ils les mêmes ?
Le niveau d’exigence est plus élevé car vous aurez déjà effectué les 2/3 de votre formation. Certaines connaissances et comportements seront considérés comme acquis par l’équipe de formation (travailler en équipe, bonne connaissance d’au moins une tranche d’âge, savoir  animer un jeu simple, etc.)

Comment savons-nous si nous sommes en difficulté ? Les formateurs alertent-ils quand il y a un risque de non validation ?
Bien sûr, c’est même une exigence de la Fédération Léo Lagrange ! Les formateurs repèrent dès les premiers jours les stagiaires qui se trouvent en difficulté. Attention, être en difficulté les premiers jours ne signifie pas qu’il y aura non validation. C’est assez courant en formation générale. Il y a beaucoup de stagiaires qui ne se rendent pas tout de suite compte du niveau d’exigence attendu. Les formateurs, dès la première évaluation (jour 3) alertent le stagiaire et lui signifient qu’il faut qu’il agisse.

BAFA

Le stagiaire est donc prévenu…
et accompagné ! Les formateurs ne lui disent pas simplement qu’il est en difficulté, ils essaient aussi de comprendre pourquoi il l’est et fixent des objectifs lui permettant de progresser tout en lui proposant des moyens facilitateurs.

C’est-à-dire ?
Prenons un exemple concret. Admettons qu’un stagiaire ait peu pris la parole lors des temps de formation et que dans le cadre d’un travail en groupe, il n’a fait aucune proposition quant à la séquence d’animation.
Lors de l’entretien d’évaluation, les formateurs lui signifieront ce qu’ils ont repéré et essaieront de comprendre pourquoi : est-ce de la timidité ? une mauvaise compréhension des  critères de validation ou des consignes ? Une fois ce premier diagnostic établi, les formateurs établissent avec le stagiaire un « contrat d’objectif individualisé ».

Par exemple ?
Dans notre exemple, les formateurs demanderont au stagiaire en difficulté de :

  • faire au moins deux propositions d’idées dans le cadre de son travail en groupe
  • de donner son point de vue lors de la prochaine analyse de jeu
  • de donner au moins un argument lors du prochain débat en groupe.

Pour ce faire les formateurs s’engagent à favoriser une dynamique de circulation de parole lui permettant de trouver sa place dans le débat et de pouvoir  ainsi répondre aux objectifs fixés. C’est cela le contrat d’objectifs. Il est dit individualisé car adapté aux forces et points à améliorer de chaque stagiaire.
Il faut aussi savoir que le contrat d’objectifs concerne tous les stagiaires, pas seulement ceux et celles qui sont en difficultés.

C’est-à-dire ?
Lors des temps d’évaluation, nous fixons des objectifs à tout le monde. L’évaluation est un temps de valorisation. Les formateurs expriment ce qui fonctionne bien. Avoir des objectifs d’amélioration, même quand tout se passe bien, c’est entraînant !

Stage Bafa à Montluel, dans la région de Lyon, lez 11 février 2015. Photo Benjamin Géminel.

Si le stagiaire en difficultés ne répond pas aux objectifs fixés, que se passe t-il ?
Les formateurs ont à l’œil les stagiaires plus en difficulté que les autres et ont vraiment à cœur de permettre leur progression (comme avec tous). Si l’un d’entre eux ne répond pas au contrat d’objectifs, les formateurs essaient de comprendre pourquoi (la personne est-elle motivée ? Y a-t-il des difficultés supplémentaires non repérées par les formateurs ?). Ils tentent de l’accompagner pour qu’il réponde aux objectifs individualisés. Pour ce faire, il y a les entretiens formels, mais aussi les entretiens informels. Le stagiaire peut aussi aller voir un formateur pour lui demander conseils. C’est même un des critères de validation, être acteur de sa formation…

Le stagiaire peut donc aller voir le formateur sans que cela le pénalise ?
Bien sûr ! C’est même vivement recommandé. Les formateurs sont là pour vous permettre de progresser. Ils sont disponibles et accessibles à vos demandes et besoins…

Combien y a-t-il d’évaluations formelles ?
Il y en a trois en formation générale (jour 3, jour 5/6 et jour 8) et deux en approfondissement ( jour 3 et jour 6). Et autant d’évaluation informelle que nécessaire.

En quelques mots

  • La validation en BAFA n’est pas systématique
  • L’évaluation se fait sur un ensemble de critères variés
  • Les formateurs ont à cœur la progression des stagiaires et sont là pour les accompagner
  • Les évaluations ont pour objectif de dynamiser et/ou de remettre en selle les stagiaires. Elles n’ont pas pour objet de dévaloriser.
  • C’est la progression tout le long de la session qu’il faut mesurer.

 

Site web picto En savoir plus sur l’animation volontaire à la Fédération Léo Lagrange : bafa-bafd.org


Vers le haut