Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
/ Collectivités / Des parcours sensorimoteurs en multi-accueil

Paroles d'élu.e.s Des parcours sensorimoteurs en multi-accueil

© Benjamin Géminel

À Strasbourg (67), Léo Lagrange Centre Est s’est vue confier la gestion de deux multi-accueils. En entrant à la maison de la petite enfance La Robertsau ou à celle de Cronenbourg, c’est d’abord l’espace qui surprend. On y retrouve des lieux ouverts et aménagés pour permettre aux enfants de circuler et d’explorer librement. Rencontre avec Nicole Dreyer, maire adjointe chargée des politiques familiales et de la petite enfance, qui nous présente les spécificités des crèches de la ville et le travail partenarial avec Léo Lagrange.

Entretien avec Nicole Dreyer, maire adjointe chargée des politiques familiales et de la petite enfance


Strasbourg – Bas-Rhin
275 718 habitant.e.s – Métropole européenne

Quelle est la politique de la petite enfance de la ville ?
Avec la municipalité nous avons eu une vraie volonté de développer l’accueil collectif et c’est dans cette démarche là que la création de la Maison de la petite enfance de La Robertsau s’est inscrite. Nous avons identifié les quartiers qui en étaient dépourvus ou qui nécessitaient des apports complémentaires créant ainsi 350 places en crèches. En même temps que cet aspect quantitatif, nous avons engagé un travail autour de la qualité. S’appuyant sur une démarche participative, nous avons sollicité les professionnel.le.s de la ville, des gestionnaires, des parents pendant près d’une année. Ensemble nous avons élaboré des engagements pour garantir un accueil de qualité pour les crèches de la ville mais également pour celles gérées en délégation de service public.

Quelles sont les spécificités des crèches de Strasbourg, et particulièrement celles de La Robertsau ?
Nous avons voulu des crèches qui s’intègrent dans un projet de quartier, en s’ouvrant à l’extérieur et au voisinage. Sur la pédagogie par exemple, nous avons mis en place dans nos crèches la libre circulation. Cette libre circulation des enfants est un élément important, dans la mesure où on peut faire confiance aux enfants. Nous avons tendance à être trop interventionnistes c’est-à-dire que nous avons souvent trop peur de ce qu’il va se passer. Nous devons porter sur l’enfant un regard plus positif, encourageant et stimulant. Pour La Robertsau, Léo Lagrange a apporté une réelle nouveauté, à savoir recruter une psychomotricienne à la codirection de la structure. Je ne regrette pas du tout de leur avoir fait confiance, parce qu’aujourd’hui on voit ce que Charlotte a apporté aux enfants, aux familles, mais également au reste de l’équipe. La Robertsau est également un lieu ouvert dans lequel s’initient toutes sortes de projets comme l’intergénérationnel, le compostage, l’ouverture d’un potager, l’accueil de poules et la participation aux fêtes de quartier.

Pourquoi avoir choisi Léo Lagrange ?
Nous avons fait le choix de ne pas tout municipaliser parce que nous pensons que la diversité est enrichissante. Nous avons apprécié de voir que les engagements de Léo Lagrange pour la qualité de l’accueil de l’enfant font écho à ceux portés par la ville. Et on l’a vu très rapidement, l’enfant est vraiment pris dans sa globalité, on va à son rythme, on essaie de le soutenir et de donner une place importante aux familles qui sont les premiers éducateurs. L’accueil est une chose, mais il me semble que la structure doit aussi être un lieu d’échanges pour les parents où le dialogue est ouvert.

Nous avons apprécié de voir que les engagements de Léo Lagrange pour la qualité de l’accueil de l’enfant font écho à ceux portés par la ville.

UN PARCOURS SENSORIMOTEUR POUR LES ENFANTS

La maison de la petite enfance La Robertsau a pour particularité d’avoir une équipe pluridisciplinaire à laquelle s’ajoutent les compétences et l’expérience d’une psychomotricienne. Ouverte à la vie des quartiers, ce multi-accueil lie des partenariats avec des dispositifs locaux comme la médiathèque et participe au projet d’éco-quartier.

Focus sur…

La libre-motricité est un élément structurant du projet pédagogique qui repose sur l’idée que l’enfant est capable de trouver en lui-même les ressources nécessaires à son propre développement. Le rôle de l’équipe est donc de savoir observer, d’accompagner et s’émerveiller de ce que les enfants apprennent et de transmettre cet émerveillement aux parents.

Le mot de…

Cécilia, maman de jumelles de 2 ans et demi
La structure est vraiment bien faite, tout est à la taille des enfants. J’ai ainsi pu participer à des activités qu’on n’a pas l’habitude de faire avec eux à la maison. L’équipement permet une diversité d’activités qui stimulent les enfants dans leur motricité et leur autonomie comme la pataugeoire ou encore les escaliers. Les enfants sont aussi beaucoup à l’extérieur avec les poules ou dans le potager. Elles ne s’ennuient jamais, à chaque fois que je viens elles sont en pleine activité, et c’est difficile de les en déloger !

ISBN : 979-10-94284-04-9
64 pages
Format : 20 x 23,9 cm
Prix public : 15 €
© Les Éditions Léo Lagrange

Lire la version numérique du livre :


Vers le haut