Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
/ Provence-Alpes-Côte d’Azur / Inclusive Art’ion : Enfants autistes et non autistes, tou.te.s artistes !

Inclusive Art’ion : Enfants autistes et non autistes, tou.te.s artistes !


Le 17 août 2018 à l’école Lucie Aubrac de Monteux (84), a été inauguré le projet lauréat de la Fondation SNCF « Inclusive Art’ion : Enfants autistes et non autistes, tou.te.s artistes ! », coordonné par Léo Lagrange Méditerranée en partenariat avec la ville de Monteux et les associations L’Anim d’Handi et Détail Crayon. A cette occasion, les œuvres des enfants ont été exposées, les photos des ateliers de l’année mises en avant et une rencontre sur le thème des vacances solidaires a été proposée aux familles.

Une initiative associative inédite
Léo Lagrange Méditerranée a créé en 2014 un accueil de loisirs, nommé Le Kaléidoscope, adapté aux besoins des enfants présentant des troubles du spectre de l’autisme. En France et dans le monde, l’autisme, qui représente une naissance sur 100 selon la Haute autorité de santé, est un réel enjeu de santé publique. C’est un trouble qui s’exprime par des difficultés dans la relation à l’autre, dans les modes de communication et par un caractère répétitif, restreint et stéréotypé des comportements et des centres d’intérêt de la personne concernée.

En partenariat avec la ville de Monteux, Léo Lagrange Méditerranée organise des temps de loisirs communs avec comme objectif de préparer les enfants en situation de handicap à participer aux activités avec les enfants de Monteux dans une démarche effective d’inclusion sociale. Unique en région Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’accueil de loisirs Kaléidoscope compte parmi les trois accueils de loisirs équivalents en France pour des enfants autistes.

En savoir plus sur le Kaléidoscope: Bienvenue au Kaléidoscope

Le projet Inclusive Art’ion
Si 44 % des enfants accueilli.e.s sont scolarisé.e.s, il n’en reste pas moins que plus de 50% d’entre eux ont peu ou pas d’occasion de partager des moments avec des enfants valides.

C’est ce que Léo Lagrange Méditerranée a souhaité proposer par ce projet au travers :
– d’ateliers créatifs en inclusion inversée au fil des vacances « les enfants du Kaléidoscope invitent les enfants de l’accueil municipal »
– des rencontres conviviales entre les familles autour d’un thème de discussion fédérateur

L’action cherchait à développer un lien social durable entre des enfants avec autisme et des enfants valides. Ces relations sociales et amicales se sont tissées autour d’un prétexte ludique sous la forme d’ateliers créatifs animés par un intervenant plasticien de l’association partenaire Détail Crayon et co-construits avec les enfants.

Des rendez-vous réguliers ont été programmés sur des périodes de vacances (automne 2017, hiver et été 2018). Le but était de concevoir une œuvre commune sur le concept d’anticipation : « Comment aimerions-nous vivre en 2032 : tou.te.s différent.e.s, tou.te.s pareil.le.s ? ».

A la fin de chaque période de vacances, l’avancée des créations a été présentée aux familles des deux structures de loisirs. Pour préparer ces rencontres, un sondage conçu par l’association partenaire L’Anim d’Handi a été soumis aux familles. L’idée était de cibler un thème fédérateur pour les réunir au-delà du temps convivial.

A la fin du cycle de trois périodes, une exposition des œuvres et des photos des enfants a été inaugurée le 17 août. Ce fut l’occasion de concrétiser une rencontre mixte, entre familles et enfants, enrichie d’un goûter et animé d’un débat sur le thème des vacances solidaires.

L’accès aux loisirs des enfants en situation de handicap est encore peu développé en structures de loisirs de droit commun (dit en « milieu ordinaire »). Deux familles sur trois n’ont jamais eu accès à un accueil de loisirs pour leur enfant en situation de handicap, une famille sur deux n’en a jamais fait la demande par manque d’information, par crainte de ne pas y avoir droit (Sondage Opinionway pour la Mission nationale Accueils de loisirs & Handicap porté par la Caisse Nationale des Allocations Familiales, mai 2018).

 

Pourtant, les accueils collectifs de mineurs, parmi lesquels les accueils de loisirs, sont soumis à la loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Après l’impossibilité de refuser l’inscription, les réflexions institutionnelles portent aujourd’hui sur l’inconditionnalité de l’accueil d’un enfant en situation de handicap, indissociable des « aménagements raisonnables » pour bien accueillir (Rapport Défenseur des droits, juillet 2017).

 

Cette réalité présente un lourd impact dans la vie professionnelle des familles. En effet, l’absence de mode d’accueil les mercredis et les vacances scolaires est le 3e facteur, après la disponibilité pour les soins de l’enfant et les démarches administratives, fléchés par les parents comme risque de réduire ou perdre son emploi. L’impact touche 81 % des mères de famille (Sondage Opinionway, mai 2018).

Pour en savoir plus sur l’action de la Fédération Léo Lagrange en direction des enfants en situation de handicap, venez découvrir le dossier « Accueillir et sensibiliser au handicap »


Vers le haut