Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
/ Et aussi... / Le Parcours emploi compétences (PEC), une mesure inspirée du rapport Borello

Le Parcours emploi compétences (PEC), une mesure inspirée du rapport Borello

En janvier dernier, Jean-Marc Borello, président du Groupe SOS, a présenté son rapport « Donnons-nous les moyens de l’inclusion », proposant des mesures dont certaines immédiatement adoptées par le gouvernement, au premier rang desquelles les Parcours emploi compétences (PEC).

Ce rapport constituait une première réponse au gel des contrats aidés. Celui-ci présentait les différentes recommandations telles que :

  • Développer « l’employeur-abilité » – la capacité à employer
  • Revisiter les principaux dispositifs d’accès et de retour à l’emploi
  • Créer un « Fonds d’inclusion dans l’emploi »

Jean-Marc Borello préconisait également de remplacer les contrats dit « aidés » par les « Parcours emploi compétences » (PEC).

En février, le ministère du travail a officialisé l’adoption de cette mesure par une circulaire aux Préfets.

Le dispositif sera intégré dans le Fonds d’inclusion dans l’emploi avec une enveloppe chiffrée à 764 millions d’euros pour le « Parcours emploi compétences » confiée aux préfets de régions et à leurs services.

La réussite du Parcours emploi compétences nécessitera l’engagement de l’employeur de proposer des actions de formation ou des actions d’accompagnement et « c’est par la sélection des employeurs, par les représentants de l’Etat, qu’une incitation forte existera à se conformer à ces exigences, et que le triptyque emploi/formation/ accompagnement, pourra être réellement appliqué ».

La Fédération Léo Lagrange investira naturellement les PEC. Vincent Séguéla, secrétaire général adjoint de la Fédération Léo Lagrange, l’explique : « nous nous sommes toujours investi.e.s dans les dispositifs d’insertion, quelques furent leurs noms, et nombreux.ses sont les salarié.e.s à Léo Lagrange qui ont fait carrière en rentrant par ce biais. La Fédération a pérennisé plus de 80% de ses emplois jeunes. Ces emplois sont pour leurs bénéficiaires, surtout dans le secteur associatif, une étape essentielle vers le retour à l’emploi. »


Vers le haut