Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
/ Rhône-Alpes / Auvergne / Les moments forts du 25e Congrès

Les moments forts du 25e Congrès

leo-lagrange-en-route-vers-le-congres-2014
Avec ses 4 300 salariés, ses 49 000 adhérents et ses 11 Fédérations en Afrique, la Fédération Léo Lagrange est l’une des plus importantes associations dans le champ de l’éducation populaire. Elle a choisi la ville de Dijon pour tenir son 25e Congrès national les 24, 25 et 26 octobre prochains
. Alors que l’engagement associatif a été désigné grande cause nationale 2014, les 500 congressistes Léo Lagrange ont questionné leurs pratiques autour de deux tables rondes et adopter un nouveau projet associatif.

Tables rondes : « L’engagement est-il à la portée de tous ? » // « Mobiliser la société civile : le dire, le faire »
Tels sont les deux sujets qui ont animé les réflexions des congressistes Léo Lagrange le samedi 25 octobre. Ces rendez-vous ont permis de s’interroger sans tabou à partir des questions suivantes : L’engagement, une valeur subversive ou le comble du politiquement correct ? Existe-t-il des formes d’engagements non reconnues par les mouvements et organisations ? Á l’heure de la montée en puissance des extrémismes et du désamour des Français pour leur classe politique, comment définir et ré-enchanter le concept de société civile ? Pour aborder ces sujets, la Fédération s’est adjoint la présence d’invités de marque : Christiane Taubira, garde des Sceaux et administratrice de la Fondation France-Libertés, Yannick Blanc, préfet du Vaucluse, président de la Fonda (laboratoire d’idées du monde associatif), Lionel Prouteau, économiste, spécialiste de l’analyse des activités bénévoles et des solidarités de proximité, Nadia Bellaoui, présidente du Mouvement associatif, Akil Marceau, directeur de la représentation du Gouvernement Régional du Kurdistan-Irak en France et Arsène Sibally, président de Léo Lagrange Côte d’Ivoire. Afin de poursuivre la réflexion et de contribuer au débat public, le LEOLAB, laboratoire d’idées de la Fédération Léo Lagrange a été annoncé à l’occasion du Congrès.

Des présences ministérielles
François Rebsamen
, ministre du travail, de l’emploi et du dialogue social s’est adressé aux congressistes le vendredi 24 octobre.

Cette intervention a fait suite à une table ronde sur les métiers de la formation professionnelle et de l’insertion en présence de Philippe Meirieu, vice-président de la région Rhône-Alpes, chargé de la formation tout au long de la vie et professeur à l’Université Lumière Lyon 2. 15 % des salariés de la Fédération Léo Lagrange interviennent en effet dans le champ d’activité de la formation et montrent au quotidien comment conjuguer professionnalisation et sens de l’action au service d’un projet associatif.
Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports est quant à lui intervenu samedi. Avec 85 % de ses salariés travaillant dans l’animation, la Fédération Léo Lagrange a interprété sa présence comme une reconnaissance. Après son intervention en plénière, Patrick Kanner a été invité à découvrir un nouveau dispositif développé par la Fédération Léo Lagrange pour répondre à la désertion des structures d’accueils collectifs par les adolescents : le Hub Léo, dédié aux 11-15 ans. Le ministre a ensuite été accueilli par l’Union nationale sportive Léo Lagrange, fédération multisports affinitaire reconnue par le ministère, qui fête ses 30 ans cette année.

Signature d’une convention de partenariat entre la Fédération Léo Lagrange et la Fondation France-Libertés
La signature de cette convention de partenariat avec la Fondation France-Libertés vise à développer des actions d’éducation à la citoyenneté, principalement en direction des enfants et des jeunes, de s’associer dans la lutte contre les discriminations, de construire, grâce aux contacts de la Fondation en Amérique du Sud, des actions sur ce continent et enfin d’agir ensemble pour soutenir les populations kurdes.  Christiane Taubira, garde des Sceaux et administratrice de la Fondation France-Libertés, a assisté à la signature. Figure optimiste de l’engagement, elle a ensuite participé à la table ronde sur l’engagement aujourd’hui, l’un des sujets phares de ce 25e Congrès. « La société démocratique progresse grâce à l’engagement associatif, de l’action conduite en solidarité avec l’autre. »

Le secrétaire général et le président de la Fédération Léo Lagrange reconduits
Le Congrès rassemble près de 500 adhérents et salariés venus de toute la France, d’Europe et d’Afrique et offre un grand moment de convivialité pour ces militants de l’éducation populaire. Au-delà de constituer un lieu d’échanges et de débat précieux pour asseoir les prises de position de l’association, le Congrès Léo Lagrange, qui a lieu tous les 3 ans, a pour rôle d’élire les 27 membres du conseil d’administration national. L’édition 2014 a vu la reconduction de Bruno Le Roux à la présidence de la Fédération Léo Lagrange et celle de Yann Lasnier en tant que secrétaire général. On compte par ailleurs quatre nouveaux entrants au sein du conseil d’administration. Ce 25e Congrès a par ailleurs permis la finalisation et l’adoption d’un document essentiel, le projet associatif, dont l’objet est de rappeler ce qui fait l’identité de l’association, son projet et sa stratégie pour l’avenir.

Clôture du 25e Congrès de la Fédération Léo Lagrange par le président de la République, François Hollande
C’est la première fois que la Fédération Léo Lagrange a accueilli à son Congrès un président de la République en plein exercice. En nous faisant l’honneur de sa présence, le président de la République a plus largement honoré l’éducation populaire elle-même. « Ce mouvement de l’éducation populaire n’a jamais été aussi actuel, aussi moderne, aussi nécessaire. » Au-delà de la reconnaissance du mouvement d’éducation populaire, c’est aussi celle de l’entreprise de l’économie sociale moderne, innovante qui compte aujourd’hui 4300 salariés. « Nos concitoyens attendent du sens, ils nous le disent, même si il y a tant de besoins à satisfaire. Du sens dans leur travail, du sens dans leur existence, du sens dans leur temps libre. Et notre économie elle-même devient plus collaborative, moins fondée sur la propriété des objets, que sur leur partage. Ce qui fait que le modèle associatif celui que vous avez construit devient une référence, y compris pour le secteur lucratif, qui a parfaitement imaginé ce que pouvait être l’économie de demain, c’est-à-dire fondée sur l’échange, l’engagement, la responsabilité. » Le président de la République a notamment évoqué le Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), dont la mise en place avait suscité l’inquiétude de la Fédération Léo Lagrange.   » […] le destin du CICE, c’était même mon intuition première, était que nous puissions transformer cet instrument en une baisse générale des cotisations sociales, et alors le secteur associatif en sera bénéficiaire comme toutes les activités dans notre pays. »
Le président de la République a enfin rendu hommage à la jeunesse, l’un des thèmes centraux de sa politique, qui fait écho à l’action de la Fédération Léo Lagrange qui souhaite, depuis sa création, encourager, soutenir et promouvoir l’initiative et l’expression de toutes les jeunesses. « La jeunesse, c’est votre vocation, aller vers celles et ceux qui croient que le monde va être meilleur, qui veulent que leur avenir soit meilleur que l’existence même de leurs parents. Cette priorité la jeunesse, c’est celle de mon quinquennat, faire en sorte qu’au bout de 5 ans, les jeunes vivent mieux quelle que soit leur origine, quel que soit leur parcours, quel que soit l’endroit où ils vivent. Ce défi concerne en premier lieu l’Etat, mais il appelle la mobilisation de tous, des collectivités locales, des associations, des entreprises. C’est vraiment la responsabilité d’une société, parce que comment mesurer ce qu’est le dynamisme d’un pays, si ce n’est par la place qu’il accorde à sa jeunesse ? »


Coordonnées pictoContacts

 

Camille Dombret
01 53 09 00 10
camille.dombret@leolagrange.org

 

Amélie Jouve
01 53 09 00 11
amelie.jouve@leolagrange.org


 


Vers le haut