Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
/ Midi-Pyrénées / Médiation culturelle et éducation populaire

Médiation culturelle et éducation populaire

DSC02339
Dans le cadre de la 5e convention thématique Léo Lagrange, c’est sur le thème « Médiation culturelle et éducation populaire » que l’ensemble des membres du réseau Léo Lagrange ont été invités à réfléchir à Toulouse le 28 mai dernier. Comment créer les conditions de l’infusion culturelle sur un territoire ? L’art et la culture peuvent-ils transformer une politique publique locale ? Culture/éducation populaire : quelle philosophie d’intervention ?

« L’histoire de la Fédération Léo Lagrange témoigne d’une grande vivacité des actions artistiques et culturelles menées sur le terrain avec des équipements et des dispositifs spécifiques (écoles d’enseignements artistiques, centres culturels, musées…) mais assurément aussi, au quotidien, dans l’ensemble des centres d’animation, de la petite enfance aux adultes, en passant par l’enfance et la jeunesse. », a lancé Michel Joli, président de Léo Lagrange Sud-Ouest, en introduction de la convention thématique.

Il a ensuite rappelé l’implication de Léo Lagrange Sud-Ouest en matière culturelle. « Léo Lagrange Sud-Ouest gère plus de 250 intervenants culturels, professeurs et médiateurs, salariés et prestataires : Écoles d’enseignements artistiques de Tournefeuille, centres culturels de Toulouse, musée des Augustins… sans compter les projets menés en partenariat avec des artistes sur différents territoires et le développement d’un partenariat avec la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Midi-Pyrénées pour la formation des animateurs, signe d’une reconnaissance de l’éducation populaire aux côtés de l’école, dans la mise en œuvre de l’éducation artistique et culturelle… »

DSC02385

Après les discours d’ouverture, les participants ont pris part à un temps d’échanges autour de l’action culturelle en milieu carcéral et auprès des services de la Protection judiciaire de la jeunesse. Mélanie Labesse, chargée de mission culture-justice à Léo Lagrange Sud-Ouest et Dominique Satabin, directeur de l’institut de formation Léo Lagrange PREFACE, ont présenté les actions culturelles qu’ils menaient en milieu carcéral. Dominique Satabin a rappelé qu’au sein d’une prison « la culture n’est pas seulement de l’occupationnel, elle est avant tout un outil d’intégration sociale ! »

Jacques Guénée, ancien secrétaire général de la Fédération Léo Lagrange, a ensuite présenté le projet « Cinéma et égalité des territoires » qui vise à apporter le cinéma là où il n’est plus, notamment dans les communes rurales.

Témoignages et débats en atelier autour de la culture et de l’éducation populaire

La matinée s’est poursuivie avec la tenue de trois ateliers : « Comment créer les conditions de l’infusion culturelle sur un territoire ? », « Quel accompagnement pour soutenir les initiatives citoyennes et les pratiques amateurs ? » et « Oser la médiation artistique et culturelle ». Dans le cadre du premier atelier, Nicolas Moreno, coordinateur Léo Lagrange du service enfance de Tournefeuille (31) est revenu sur « Dis-moi pourquoi ? », un projet artistique, au long cours, de sensibilisation au développement durable. Dans le cadre du troisième atelier, les participants ont, entre autres, réfléchi aux leviers possibles pour oser la médiation artistique et culturelle dans nos pratiques et nos dispositifs.

DSC02415

En début d’après-midi, Dany Buys, administratrice Léo Lagrange Sud-Ouest, est intervenue sur la manière dont la culture peut transformer les politiques publiques locales. « Tout n’est pas économique, il faut remettre l’humain au cœur du projet de société. Le projet culturel doit s’élaborer en cohérence avec la richesse du territoire, permettre le dialogue entre artistes et habitants, favoriser cette rencontre, accompagner les pratiques des amateurs… », a-t-elle lancée. « La culture doit être un véritable service public. »

François Lajuzan, directeur culture scientifique et technique et Quai des Savoirs pour Toulouse Métropole, s’est ensuite interrogé sur la culture et l’éducation populaire et sur quelle philosophie d’intervention s’appuyer. « Notre travail est de partager des connaissances, d’éveiller l’imaginaire, de faire émerger chez chacun l’esprit critique, d’ouvrir tous les chemins… Les enfants ne sont pas uniquement spectateurs ou visiteurs, ils sont aussi acteurs. Ils doivent entrer dans le processus créatif. Pour un projet culturel réussi, il est nécessaire que le projet soit participatif, décloisonné et les équipes formées. L’idée est que les enfants découvrent des choses dont ils ne soupçonnaient même pas l’existence. Il faut faire vivre la culture ! »

Les participants de la convention sont ensuite revenus sur les ateliers de la matinée afin d’exposer et de débattre des propositions issues des échanges. Les notions de partenariat et de formation étaient très présentes dans les échanges. De nombreuses propositions ont émergé : accueillir des artistes en résidence dans nos espaces d’animation, généraliser les formations d’animateurs à la médiation artistique et culturelle…

DSC02416

« L’objectif de cette journée était d’amener les équipes à se remettre en question, de découvrir des pans de la Fédération qu’ils ne connaissaient pas, de s’inspirer des bonnes pratiques et de les essaimer sur les territoires ! » , conclut Emeline Villard, chargée de mission culture Léo Lagrange Sud-Ouest.« L’idée est de favoriser la présence des arts et des artistes dans les lieux de la vie quotidienne, d’où la nécessité de partenariat entre acteurs éducatifs, culturels, sociaux… Faire en sorte que l’art imprègne la vie de tous les jours et l’espace public. Cela crée une dynamique et donne la possibilité de poser un regard neuf sur notre quotidien. »

La journée s’est clôturée avec les résultats des votes dans le cadre de l’artothèque Léo Lagrange. Les participants de la convention étaient invités à choisir une œuvre parmi trois propositions. Pour l’anniversaire des congés payés, chaque territoire Léo Lagrange peut, en effet, acquérir une œuvre qui évoque les vacances. Ce sont finalement Les Pigeons, une œuvre de Jeanne Lacombe, artiste toulousaine, qui a été plébiscitée par les participants et qui a donc intégré l’artothèque !

DSC02326

Soirée festive
En amont de la convention thématique, était organisée une soirée festive qui a débuté par un mot de bienvenue de la part de Dominique Fouchier, maire de Tournefeuille, Dany Buys, administratrice Léo Lagrange Sud-Ouest, et Yann Lasnier, secrétaire général de la Fédération Léo Lagrange. Deux ateliers étaient ensuite proposés aux participants : un atelier arts plastiques autour de la gravure, animé par l’équipe Léo Lagrange du musée des Augustins à Toulouse et un atelier chorale avec l’association « Le cri du Chœur ».

L’artothèque Léo Lagrange
La collection de l’artothèque, enrichie de 5 productions en 2015, compte aujourd’hui 42 œuvres. Autant d’artistes investis, de projets de médiation mis en place, de rencontres et d’échanges suscités… depuis 2011 !
Via l’artothèque, la Fédération Léo Lagrange entend constituer un fonds d’œuvres d’art et pouvoir les faire partager au plus grand nombre. Pour cela, elle s’appuie sur son réseau de sites d’activité et d’associations affiliées. L’accès à l’art est un droit fondamental qui participe à la formation citoyenne.

 

Site web pictoDécouvrez l’ensemble des œuvres acquises par la Fédération Léo Lagrange sur : leolagrange-artotheque.org

 


Vers le haut