Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
/ Toute l'actualité / Mobilisation des consommateurs au niveau international

Mobilisation des consommateurs au niveau international


Le comité consommation d’AFNOR a mandaté Ludivine Coly-Dufourt, directrice de l’Association Léo Lagrange pour la défense des consommateurs (ALLDC), pour siéger à la réunion annuelle du Comité pour la politique de la consommation de l’ISO (COPOLCO) qui s’est tenue du 15 au 19 mai dernier à Kuala Lumpur en Malaisie.

La première partie de la semaine a été consacrée au travail en groupes restreints thématiques (services, priorités des consommateurs, protection dans le marché global, sécurité des produits, participation et formation des consommateurs). A l’ordre du jour notamment, la révision du guide ISO/IEC14 relatif à « l’information des consommateurs sur l’achat de marchandises et de services », dont la publication est attendue en 2018. Le groupe a d’ailleurs proposé la conversion de ce document en norme internationale, celle du guide ISO/IEC41 relatif aux emballages et aux recommandations pour répondre aux besoins des consommateurs. La publication de ce guide est prévue en fin d’année. Le guide ISO/IEC76 relatif à la prise en compte des attentes des consommateurs pour la rédaction des normes de services, également en cours de révision, a lui aussi été examiné.

Les groupes de travail ont ensuite appelé les membres à une plus forte mobilisation des consommateurs dans les domaines des services financiers, ou de l’eau, de l’aménagement durable des villes et des collectivités, ou encore s’agissant des comités techniques comme la robotique, la sécurité des machines, la fabrication additive, les cigarettes électroniques, ou l’administration de la santé. En matière de sécurité, les sacs pour couches usagées pour cause de risques d’accidents par suffocation, les dosettes de lessives, les parcs à trampolines et la préparation d’une norme internationale en Australie. De nouveaux sujets sont à l’étude comme la société vieillissante, les technologies à fines bulles, ou l’économie du partage.
Concernant l’économie du partage, l’assemblée a pu féliciter le Canada pour l’organisation en mars dernier d’un atelier (IWA) très riches d’enseignements et de partages d’expériences. Le Copolco proposant la création d’une taskforce en son sein, présidée par Consumers International pour suivre ce domaine en plein essor.

Par la suite, le traditionnel atelier du pays hôte a pu être ouvert. Consacré cette année à la thématique de la sécurité routière ou comment améliorer la sécurité routière par la conception via les normes internationales? (Conception des routes, des véhicules, des équipements de sécurité (casques, ceintures, sièges auto…). En conclusion des débats, on retient que le risque zéro n’existe pas. Si les progrès techniques et technologiques sont très précieux pour améliorer la sécurité des usagers de la route, il reste un domaine sur lequel la normalisation n’a pas beaucoup d’impact, le comportement humain. C’est aussi par des actions de sensibilisation, de formation, d’éducation répétées et ludiques que l’on peut espérer réduire encore le nombre de victimes de la route.

La semaine s’est achevée par la réunion plénière. Le nouveau président du Copolco sera désigné dans les prochaines semaines.

La participation des consommateurs français aux travaux du Copolco, n’est jamais acquise. Cette année, elle a été rendue possible grâce au travail de quelques-uns et à une convention signée deux semaines seulement avant le début des travaux entre l’association (ADEIC) qui détient la présidence du Comité Consommation (COSAC) et la Direction Générale des Entreprises du ministère de l’Industrie.

L’Association Léo Lagrange pour la défense des consommateurs (ALLDC), en charge de la délégation « éducation à la consommation et à l’environnement » de la Fédération Léo Lagrange, assure une présence de proximité en apportant aux citoyens, particulièrement aux plus démunis, information, conseil et aide juridique. Elle met aussi en œuvre différents leviers au niveau collectif tels que la négociation à l’échelon national ou européen pour l’élaboration de nouvelles normes ou la participation aux campagnes nationales d’information et de sensibilisation.
L’éducation à la consommation est le pilier de l’action de l’ALLDC. Il s’agit pour elle de défendre le citoyen dont les droits fondamentaux peuvent être lésés par les lois du marché, favoriser des filières de production plus respectueuses de l’homme et de l’environnement, développer une éthique de la consommation basée sur le commerce éthique et équitable, et contribuer à la transformation sociale.

En savoir plus: leolagrange-conso.org

 


Vers le haut