Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
/ LE DOSSIER / Revendiquer et peaufiner notre capacité d’innovation collective

Revendiquer et peaufiner notre capacité d’innovation collective

Tribune de Yann Lasnier, secrétaire général de la Fédération Léo Lagrange

L’économie sociale n’a jamais été aussi présente dans les discours politiques : vous n’avez pas cette impression ?

C’est certainement parce que l’époque aime travestir les mots et les concepts. Une novlangue invite donc « French impact » en lieu et place d’ESS, un rapport commandé à un chef d’entreprise et une ancienne responsable syndicale de premier plan (rapport Sénart-Nottat) conceptualise l’entreprise à missions ou l’entreprise d’intérêt général… Bref, depuis la loi de 2014 qui consacrait l’ESS comme un mode d’entreprendre reconnu, beaucoup souhaitent s’approprier le concept en passant – et c’est un comble – par profits et pertes la question de la propriété du capital.

C’est bien cela qui différencie un entrepreneuriat social, certes agile et très communicant, de l’ESS traditionnelle : dans un cas la propriété de l’entreprise peut être unipersonnelle, dans l’autre, elle reste collective.

Statut n’est certes pas vertu, mais il sera toujours préférable de choisir des formes permettant une véritable propriété collective et une socialisation des profits au service de l’objet social, plutôt qu’une approche « social business » critiquable quant à sa véritable finalité.

À Léo Lagrange, nous prenons à bras-le-corps ces questions dans le cadre de la dynamique « ProgrESS » pour revendiquer et peaufiner notre capacité d’innovation collective et refuser ainsi une partition qui tendrait à faire croire qu’il existe d’un côté de jeunes pousses innovantes et de l’autre, un vieux monde d’associations gestionnaires…

Parce que nous sommes chaque jour aux côtés des habitant.e.s sur les territoires, nous disposons d’une expertise unique permettant de repérer les besoins et de mettre en place des solutions adaptées.

Il nous faut être collectivement conscient.e.s de cette force et la première promotion des 16 « facilitateurs ProgrESS », dont la mission sera de repérer et d’accompagner l’innovation sociale dans nos équipes, y contribuera grandement.

 


Vers le haut