8 mars: le réseau Léo Lagrange se mobilise

Photo Benjamin Géminel
Tout au long de la journée du 8 mars, voire tout au long de la semaine ou du mois, le réseau Léo Lagrange se mobilise aussi bien à Nantes, Besançon, Brest ou encore Mainvilliers à travers la mise en place d’animations, défis sportifs, débats… En voici un exemple au
TriptiC, pépinière d’initiatives jeunesse à Nantes.

A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, le TriptiC propose plusieurs rendez-vous thématiques durant un mois.

  • Exposition: portraits de femmes pionnières

Associant un visage à une histoire, cette exposition (tirée du livre “Audacieuses”) met en lumière des femmes remarquables des XIXe et XXe siècles, à l’avant-garde de leur temps dans les domaines de la littérature, de la politique, des sciences, des arts et de l’action

  • Soirée café citoyen: les femmes dans l’espace public. La rue, lieu de discriminations?

Déplacements, noms de rues, publicités, espaces de loisirs et parfois harcèlement et insultes… La ville est souvent faite par et pour les hommes. Le café citoyen propose aux jeunes, filles et garçons, d’échanger sur les stéréotypes, constructions sociales genrées, et analyser ensemble comment l’espace public reste un lieu discriminant pour les femmes.

  • Café citoyen / expo: Excision, femmes mutilées. Consentement et plaisir féminin

Fatoumata Gassama, jeune nantaise initiatrice de l’exposition “Excisions, Femmes Mutilées” et du projet UBUNTU, propose une soirée d’échanges autour de drame encore vécu chaque année par 60 000 jeunes filles résidentes en France. Au-delà du drame, Fatoumata proposera un temps d’échange autour du consentement, du plaisir féminin ou de la liberté de choisir sa sexualité.


Vers le haut