8e Convention professionnelle enfance du réseau Léo Lagrange

Craponne sur Arzon
Les 27 et 28 mars 2014 à la Maison de la promotion sociale à Artigues-près-Bordeaux (33), s’est tenue la 8e convention professionnelle enfance sur le thème « Rythmes éducatifs, rythmes familiaux ».

A l’occasion de cette 8e édition, près de 60 professionnels du réseau Léo Lagrange (directeurs et animateurs d’accueil de loisirs, …) ont été accueillis par l’équipe de la Maison de la promotion sociale à Artigues-près-Bordeaux (33).

L’objectif de cette rencontre était de faire un point d’étape sur la mise en place de la réforme des rythmes éducatifs.  « L’idée était de prendre de la distance afin d’être en mesure de répondre au mieux aux enjeux de cette réforme », explique Marie-Laure Davy, directrice qualité, innovation et ressources de la Fédération Léo Lagrange. L’occasion pour les équipes de s’interroger sur leur rôle et sur les postures professionnelles à adopter tant auprès des enfants que des partenaires dans le cadre-là.

Les équipes Léo Lagrange de Trélazé (49), Laillé (35), Le Rheu (35) et La Salvetat-Saint-Gilles (31) ont apporté leurs témoignages en partageant leurs expériences de mise en œuvre des Temps d’activités péri-éducatifs (TAP). Ces témoignages ont permis de nombreux échanges et discussions sur les freins et leviers de mise en place de la réforme, sur la méthodologie à suivre…
Des débats et ateliers ont également été consacrés à la réflexion autour de la mise en œuvre des activités péri-éducatives dans de bonnes conditions, à la conception d’outils professionnels à destination des animateurs en charge des temps périscolaires ou encore à l’adaptation des projets pédagogiques.

La convention professionnelle s’est clôturée par l’intervention de Mme Françoise Cartron, sénatrice de la Gironde et rapporteur de la mission commune d’information sur la réforme des rythmes, sur les travaux du comité de suivi du Sénat et par des échanges avec les participants. « Cette convention professionnelle a suscité un vif intérêt des équipes qui se sont beaucoup impliquées pendant ces deux journées. Elles ont pu échanger sur leurs réalités de terrain,  réfléchir à des outils pertinents à mettre en place dans le cadre de la réforme des rythmes éducatifs », conclut Marie-Laure Davy.


Vers le haut