Guérir pas à pas à la Maison de quartier Kerinou

La Maison de quartier Kerinou – Ferme Jestin de Brest (29), est affiliée à la Fédération Léo Lagrange depuis 1982. Son projet d’activités physiques adaptées et santé (Pas A.P.A.S) pour les malades atteint.e.s de cancer du sein ou de la prostate a été soutenu par le Fonds de dotation Léo Lagrange en 2018. Ainsi, de septembre 2017 à aujourd’hui, l’association a pu accompagner les patient.e.s grâce à un partenariat avec le service oncologie de la clinique Pasteur de Brest.

Un constat scientifique comme point de départ

La pratique d’une activité physique adaptée est un moyen qui permet la mise en mouvement de la personne de façon progressive en fonction de ses propres capacités et de sa motivation.

Les objectifs des ateliers co-organisés par la maison de quartier et la clinique Pasteur sont de :

  • permettre à tou.te.s de pratiquer une activité physique adaptée
  • contribuer à diminuer la fatigue des patient.e.s-adhérent.e.s
  • améliorer la qualité de vie des pratiquant.e.s
  • lutter contre la baisse de la masse musculaire

Le principe est d’accompagner les patient.e.s vers une pratique inclusive spécialisée mais dans un cadre ordinaire.

« Il est scientifiquement prouvé que la pratique d’une activité physique adaptée encadrée par des professionnels contribue à améliorer la qualité de vie des patients atteints d’un Cancer » (Keogh et al – 2012)

Des activités physiques adaptées pour aller mieux

Le directeur de la maison de quartier Fabrice Le Port a été formé aux spécificités des patient.e.s atteints de ce type de cancer et intervient en tant qu’éducateur sportif. Son crédo : « Devenir acteur de sa santé ! »

À ce jour, 32 patient.e.s différent.e.s ont pratiqué une APA à intensité contrôlée. La moyenne d’âge est de 68 ans. 175 séances ont été réalisées et la fréquentation moyenne est de 6 patient.e.s par séance.

Les activités proposées sont : de la marche/marche active, du renforcement musculaire, des exercices en salle (selon les spécificités et les difficultés individuelles), des sports collectifs, de la course à pied, des exercices de souplesse et d’équilibre…

Les séances sont individualisées, c’est-à-dire qu’elles sont adaptées à chaque patient.e. Grâce à un cardio-mètre, leur pouls, leur équilibre et leur taux de récupération sont mesurés tous les quart d’heure lors d’un échauffement quotidien. Par la suite, le renforcement musculaire et le cardio des patient.e.s sont adaptés selon leur traitement.

Des partenariats essentiels

Le partenariat entre la maison de quartier et la clinique Pasteur a été facilité par leur proximité géographique. Une convention établie entre les deux structure a précisé les conditions du co-financement de ces activités, permettant la gratuité pour les patient.e.s-adhérent.e.s.

De plus, le projet a reçu le soutien de la Ville de Brest et de l’ARS (l’Agence régionale de santé). La subvention du Fonds de dotation Léo Lagrange a contribué à l’encadrement des activités, permettant de réduire les coûts pour les pratiquant.e.s et de proposer un accompagnement plus poussé après les 24 premières séances.

Des séances qui mettent tout le monde d’accord

Globalement, les patient.e.s ont tous perdu au moins 3 kilos, retrouvé l’envie de sortir et de voir du monde…
L’évaluation objective de leur état de santé (tests physiques, questionnaires,..) n’est plus ressenti comme une contrainte mais comme une fixation d’objectifs individuels.  Les tests (Ruffier Dickson) effectués montrent une diminution progressive de l’indice, signifiant une baisse du pouls au repos, une adaptation cardiaque à l’effort et une récupération plus rapide.

« Tous me disent ressentir le besoin de venir en séance d’activités physiques adaptées et cela leur manque lorsqu’ils ne peuvent le faire. Certains parlent d’équilibre dans leur semaine. C’est également un temps d’échange avec d’autres personnes du même âge qui connaissent les mêmes difficultés. Cependant les échanges entre eux portent davantage sur des faits d’actualité que sur les difficultés liées à leur maladie. Les séances contribuent pleinement à la socialisation, parfois diminuée, des pratiquant.e.s. », indique Fabrice Le Port.

En effet, l’assiduité et le plaisir de venir aux séances est primordial pour la réussite du projet.

Finalement, l’activité physique devient un atout pour leur santé car elle joue un rôle important dans la prévention des récidives. Selon l’institut national du cancer, elle peut diminuer de 50% le risque de rechute.

La Maison de quartier de Kérinou, implantée dans la ville de Brest, est une association composée d’un secteur enfance jeunesse, de 30 ateliers socioculturels (qi Gong, gymnastique douce, guitare, calligraphie, espagnol…), hébergeant une trentaine d’associations. Elle travaille principalement à l’inclusion sociale des publics en situation de handicap et/ou vulnérables à travers l’organisation de loisirs collectifs.

En savoir plus:

Coordonnées pictoMaison de quartier Kerinou

Coordonnées pictoPour retrouver tous les lauréats 2018 des appels à projets du Fonds de dotation :
leolagrange-fondsdedotation.org


Vers le haut