La Fédération Léo Lagrange contribue au débat européen


Le 28 janvier dernier à l’Assemblée nationale, la Fédération Léo Lagrange a participé au débat « Immigration et intégration : quel projet pour la France et pour l’Europe ? » afin d’apporter une contribution au débat européen.

Yves Blein, président de la Fédération Léo Lagrange, a pris part à cette conférence aux côtés de Juliette Méadel, présidente de l’Avenir n’attend pas, Daniel Cohn Bendit, ancien député européen, Louis Gallois, président de la Fédération des acteurs de la solidarité, Marie Trélat, représentante pour Les Jeunes Européens et Patrick Doutreligne, président de l’Uniopps.

« Je suis très attaché au fait que la Fédération Léo Lagrange participe à la campagne des élections européennes », explique Yves Blein. « Pas qu’elle y participe sur le plan partisan mais qu’elle contribue à alimenter le débat par des propositions qui sont celles que nous pensons pouvoir être celles des jeunes français aujourd’hui. » Ce débat sur l’immigration a vu le jour dans le cadre de l’initiative YOUth Europe lancée par le do tank citoyen « L’avenir n’attend pas » en partenariat avec la Fédération Léo Lagrange et plusieurs associations (la Ligue de l’enseignement, les Jeunes européens, Emmaüs solidarité, Mozaïk RH, SOS racisme, …) pour sensibiliser les jeunes aux élections européennes. « Le principe de YOUth Europe est de rassembler ceux qui représentent des mouvements de jeunesse, des associations qui s’intéressent à la jeunesse, des jeunes, de façon à leur donner la parole et à ce qu’ils formulent un projet, des propositions… », poursuit Yves Blein.

Les élections européennes pour ligne d’horizon

Deux autres débats auront lieu, l’un fin mars sur la transition écologique, l’autre fin avril autour du nouveau modèle social et économique. L’ensemble des convergences et propositions qui ressortiront des 3 débats sera ensuite publié et adressé aux listes de candidat.e.s aux européennes.

A l’occasion de ce premier débat, six propositions sur l’immigration ont été mises sur la table :

 

  • Ne plus sous-traiter le contrôle des frontières européennes
  • Ouvrir un guichet européen unique pour le droit d’asile
  • Créer un pavillon européen pour les navires humanitaires
  • Donner à chacun.e les moyens de son intégration
  • Adopter des mesures exceptionnelles pour accueillir les enfants migrants
  • Inaugurer une politique de codéveloppement et de quotas

Vers le haut