La souffrance de l’éloignement mis en mots au centre pénitentiaire de Meaux

Léo Lagrange Nord-Ile-de-France intervient au centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin-Neufmontiers (77) pour coordonner et mettre en place des actions socioculturelles. Conformément à son engagement, elle entend promouvoir la culture par tous, pour tous et en tous lieux. Au cours d’une permission de sortie au musée de la Grande Guerre des Pays de Meaux, cinq personnes détenues au centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin-Neufmontiers ont lu en public des textes écrits au cours d’un atelier interne.

« Mon petit frère, ne prends pas le même chemin que moi. La liberté me manque. Prends soin des parents » … « il y a déjà trois ans que je vous ai quittés, je me suis rendu compte que le bonheur se trouve dans les choses simples » …

Ces mots pour dire la souffrance de l’éloignement, cinq détenus de la prison de Meaux-Chauconin-Neufmontiers les ont lus, au beau milieu de l’exposition temporaire du musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux consacrée aux « Familles à l’épreuve de la guerre ».

Ce projet a été possible grâce à un partenariat de longue date entre le musée et le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP 77). Six détenus ont ainsi participé à un atelier d’écriture et de lecture mené par le comédien et écrivain Thierry de Carbonnières : « C’est la première fois que je travaillais en milieu carcéral. Le plus difficile a été la mise en voix des textes que les détenus ont écrits eux-mêmes. »

Les lettres écrites évoquent la souffrance liée à l’éloignement subi par les personnes incarcérées, situation de solitude également vécue par les soldats de la première guerre mondiale. « Dès le début, ils ont tenu à souligner la grande différence entre eux et les soldats, qui eux vivaient l’urgence de la mort », souligne Stéphane, médiateur du musée.

Le 26 juillet 2018, cinq des six détenus – l’un d’eux n’ayant pas obtenu de permission de sortie – ont déclamé leurs lettres, avec émotion et de manière intelligible, devant un petit public. Un travail impeccable et applaudi par tous les présents.

Leur journée s’est terminée avec la projection du film « Cessez-le-feu », en présence du réalisateur Emmanuel Courcol.

Léo Lagrange Nord-Ile-de-France et le milieu carcéral francilien

Depuis 2016, Léo Lagrange Nord-Ile-de-France gère la mise en œuvre de la coordination culturelle à desti-nation des personnes placées sous main de justice en Ile-de-France. Elle assure ainsi la programmation culturelle à destination de l’ensemble des personnes détenues en Ile-de-France.

 

La programmation se veut la plus large possible de l’organisation d’évènements de divertissement à des projets plus soutenus et exigeants en termes d’implication ; une programmation ayant également pour voca-tion de permettre à la fois l’approfondissement de disciplines et la découverte de nouvelles pratiques cultu-relles et socioculturelles.


Vers le haut