Le droit à l’eau face aux activités extractives

le-droit-a-l-eauPartenaire de la Fédération Léo Lagrange depuis 2014, la Fondation France Libertés a réalisé un livret intitulé « Le droit à l’eau face aux activités extractives : la mobilisation de la société civile. »

L’objectif de ce dossier est de présenter le phénomène d’extractivisme et ses conséquences sur le droit à l’eau. Les activités extractives se réfèrent surtout à l’extraction de produits minéraux présents à l’état naturel sous forme liquide, solide ou gazeuse. Ils peuvent prendre diverses formes : les minerais, tel que l’or ou le cuivre, les hydrocarbures, comme le pétrole ou le gaz naturel, mais aussi les gaz et huiles de schistes qui font actuellement débats.

Dans le cadre de l’appel à propositions sur l’eau face aux industries extractives lancé en 2014, la fondation a souhaité mettre en lumière les actions de terrain portées par les associations locales qui défendent, au quotidien, le droit à l’eau face aux activités influant sur la qualité, la quantité et l’accessibilité de l’eau disponible pour les populations.

Ainsi, neuf projets ont été sélectionnés et ont été mis en œuvre dès l’été 2014, en Afrique, en Amérique Latine mais également en Inde, aux Etats-Unis et en France. Ces projets sont orientés vers la sensibilisation, l’information, le renforcement de capacités, le plaidoyer ou encore la mise en place ou le renforcement de systèmes de gestion, de gouvernance ou de préservation.
Il s’agit donc pour France Libertés de donner l’opportunité aux associations porteuses de ce genre de projets de les voir concrétisés et valorisés.

Sensible à la défense des droits humains et des biens communs du vivant, la Fédération Léo Lagrange soutient l’action de France Libertés et entend développer des actions en lien avec des thèmes chères aux deux structures : l’éducation à la citoyenneté, la lutte contre les discriminations et le développement international.

 


Vers le haut