Le festival international Jean Rouch s’invite à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis

Léo Lagrange Nord-Ile-de-France intervient à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (91) pour coordonner et mettre en place des actions socioculturelles. Pour la 3ème année consécutive, dans le cadre du partenariat entre le Pôle Culture du SPIP de l’Essonne, l’association ethnoArt et le comité du film ethnographique, le jury « Fleury Doc. » a été constitué pour le Festival international Jean Rouch. 9 films en compétition ont ainsi été visionnés par une douzaine d’hommes détenus au bâtiment D1 de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, en présence de Chloé Inguenaud, réalisatrice et ethnologue et de Chloé Godet, médiatrice d’ethnoArt et membre du comité de sélection du Festival. Laurent Pellé, délégué général du Festival Jean Rouch, était présent à la première séance.

Des réflexions autour de l’écriture et l’analyse cinématographiques se sont ajoutées à des échanges autour d’une multitude de sujets, abordés à l’occasion de ces projections : l’intersexuation, les violences et la discrimination à l’encontre des minorités indiennes, les peshmergas, l’exil, les organisations et relations familiales, l’acculturation, la globalisation ou encore les rapports hommes – animaux.

Malgré un format de films peu habituel – documentaires sous-titrés non commercialisés et non diffusés sur les chaînes de télévision -, une grande qualité d’écoute et surtout une grande richesse dans les échanges ont été constatées par tous les organisateurs de cette action, tous les participants ayant fait preuve de bienveillance les uns avec les autres, malgré des points de vue parfois très différents. La curiosité, le degré d’attention et les connaissances de chacun ont permis l’approfondissement des films projetés, à la fois sur le fond et sur la forme.


Le film primé par le jury « Fleury Doc. » 2018 est Ni d’Eve ni d’Adam, une histoire intersexe, de Floriane Devigne.

A la découverte du musée de l’Homme

Pour la première fois cette année, 4 représentants du jury ont pu bénéficier d’une permission de sortir au Musée de l’Homme, qui accueille le Festival Jean Rouch. Une visite du lieu, animée par une conférencière, a été proposée aux participants et à leurs accompagnateurs du SPIP, du Pôle Culture et d’ethnoArt et a précédé leur participation à la projection-débat autour du film The Remnants, sur l’omniprésence des restes de la guerre du Vietnam au Laos quarante ans après.

A l’issue des échanges avec la salle, les jurés ont été invités à venir sur scène pour remettre leur prix à la réalisatrice de Ni d’Eve ni d’Adam, une histoire intersexe : une peinture réalisée par la professeure d’arts plastiques Françoise Rechtman en lien avec son groupe de participants du bâtiment D1 de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis.

Léo Lagrange Nord-Ile-de-France et le milieu carcéral francilien

Depuis 2016, Léo Lagrange Nord-Ile-de-France gère la mise en œuvre de la coordination culturelle à desti-nation des personnes placées sous main de justice en Ile-de-France. Elle assure ainsi la programmation culturelle à destination de l’ensemble des personnes détenues en Ile-de-France.

 

La programmation se veut la plus large possible de l’organisation d’évènements de divertissement à des projets plus soutenus et exigeants en termes d’implication ; une programmation ayant également pour voca-tion de permettre à la fois l’approfondissement de disciplines et la découverte de nouvelles pratiques cultu-relles et socioculturelles.


Vers le haut