Le quotidien des réfugiés accueillis au centre Léo Lagrange de Saint-Beauzire

  DSC01091

La Fédération Léo Lagrange mobilisée pour l’accueil des réfugiés

 

PRISE DE POSITION / Accueil des réfugiés: la Fédération Léo Lagrange se mobilise

 

PRISE DE POSITION / Accueil de réfugiés au centre Léo Lagrange de Saint-Beauzire

 

APPEL AUX DONS / Solidarités Réfugiés

 

REPORTAGE / Accueil de 25 réfugiés au CAO de Saint-Beauzire

 

REPORTAGE / Le démantèlement de la “jungle” de Calais expliqué par Les petits citoyens

 

REPORTAGE / Le quotidien des réfugiés accueillis au centre Léo Lagrange de Saint-Beauzire

 

REPORTAGE / La boxe s’invite à Saint-Beauzire

 

Depuis la mi-novembre 2015, le centre d’hébergement de Saint-Beauzire (Haute-Loire), géré par la Fédération Léo Lagrange, accueille près de cinquante personnes de nationalité afghane, irakienne, iranienne, Tchadienne et soudanaise. La mise à disposition de ces locaux concrétise le souhait de la Fédération Léo Lagrange de s’engager dans l’accueil des réfugiés qui s’organise en France. Une cinquantaine de bénévoles donnent de leur temps libre afin de contribuer au programme d’animations et aux cours de français proposés au centre.

« Je suis venue chercher ce que j’ai trouvé : la chaleur de l’échange, quelque chose de merveilleux », lance Yolande, enseignante spécialisée à la retraite et bénévole de la première heure au centre d’hébergement de Saint-Beauzire.

Ce matin, une vingtaine de bénévoles se sont réunis afin de réfléchir aux activités proposées aux migrants et à leur mise en œuvre. La réunion débute par un tour de table afin d’intégrer les nouveaux venus. « Je suis là pour aider ceux qui souhaitent apprendre le français », avance André, enseignant. « Je souhaitais m’investir par humanité », explique simplement Pierrette. « J’ai envie de donner de mon temps », abonde Paule, agricultrice. « Nous souhaitons faire quelque chose suite à ce que nous avons vu à la télé et lu dans les journaux », précisent Brigitte et Colin, un couple de retraités britanniques. « Nous n’avons pas lancé d’appel. Les bénévoles sont venus à nous spontanément », souligne Didier Luce, délégué territorial à l’animation Léo Lagrange Centre Est.

Se mobiliser pour l’accueil des réfugiés
Didier présente la Fédération Léo Lagrange, le centre et ses activités aux nouveaux bénévoles. « L’accueil des réfugiés est un sujet qui ne peut pas laisser indifférent un mouvement d’éducation populaire comme le nôtre. » Au-delà d’un logement digne, la Fédération Léo Lagrange subvient aux besoins essentiels des personnes accueillies (nourriture, sécurité, confort) et met en place un programme d’animations (cours de français, activités culturelles et sportives, navettes régulières en direction de Brioude…).

DSC01071
« Nous faisons en sorte qu’ils se sentent bien ici, qu’ils commencent l’apprentissage du français et débutent les démarches nécessaires à une demande d’asile »,
poursuit Didier. « Nous sommes en quelque sorte dans l’avant-Centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). » Au sein du centre, la Fédération Léo Lagrange gère le vivre ensemble tandis que l’association Entraide Pierre Valdo s’occupe des démarches administratives. « La Fédération Léo Lagrange n’agit pas seule », insiste Didier. « C’est un travail que nous menons en partenariat avec différentes associations et partenaires. »

Organiser la vie au centre d’hébergement
Aujourd’hui, la réunion des bénévoles porte sur deux aspects importants de la vie au centre : les animations et l’apprentissage du français. Un brainstorming commence autour de nouvelles activités potentielles. Yves propose d’animer des sessions de théâtre d’expression corporelle. Estelle, la benjamine du groupe, pense à des balades à vélo et à pied afin de découvrir les environs. L’idée d’organiser une soirée du réveillon est également soumise. Tout le monde autour de la table est séduit et veut en être. Anas Nacif, chargé de la vie sociale au centre d’hébergement de Saint-Beauzire, prend note de toutes les idées. « L’une de mes missions est d’accompagner les bénévoles dans la mise en place des ateliers et des animations. »

DSC01109

Et les idées ne manquent pas ! Chaque jour, des sessions d’apprentissage du français sont assurées par les bénévoles. Brigitte propose de discuter autour du thé deux fois par semaine. Christophe assure un atelier vidéo chaque samedi matin. Il réalise de petits films avec les migrants pour que ces derniers puissent les envoyer à leur famille. Béatrice, Mylène et Philippe, cuisinier du centre d’hébergement, sont, quant à eux, derrière les fourneaux à l’occasion d’ateliers cuisine. « C’est un véritable échange interculturel autour de la cuisine », témoigne Anas. Il y a aussi le foot, la pétanque ou encore les après-midis jeux… Autant de moments qui rythment le quotidien et qui sont autant d’occasions de converser en français. Anas est là pour faire le lien. « Je fais en sorte de favoriser les liens entre les personnes accueillies, de leur apporter un mieux vivre et d’encourager la participation aux différentes activités », résume ce dernier.

L’apprentissage du français
Quand Michel débute son cours de français, l’assistance est composée de huit personnes. « Ici, on travaille le français oral », explique Michel, bénévole et professeur d’italien. A l’image du périple que chacun a vécu, de nombreuses langues s’invitent dans la discussion qui s’engage : italien, anglais, arabe. Au fur et à mesure, la salle se remplit peu à peu. « Et toi, que manges-tu le matin ? », interroge Michel. Chacun essaie de se remémorer les mots de vocabulaire récemment appris. « Mon objectif est qu’ils puissent se débrouiller dans la vie quotidienne. » Trois fois par semaine, Michel donne des cours au centre. «  Venir en tant que bénévole s’est fait naturellement. Pour moi, c’est normal en tant que citoyen. »

Une fois les cours de la matinée terminés, chacun vaque à ses occupations. Une partie de pétanque s’improvise dans le parc du centre. Chantal, directrice d’un accueil de loisirs Léo Lagrange, accompagnée de Gautier et Kévin, animateurs, sont venus passer l’après-midi bénévolement et se sont joints aux parties de pétanque en cours. A l’intérieur du centre, l’atelier cuisine se prépare. Le livre de recettes et les ingrédients sont prêts. « Toute situation du quotidien se prête à l’échange », constate Didier. Pendant ce temps, on s’affaire en cuisine. Les biscuits dorent au four.

DSC01085

Un réveillon solidaire
Le 31 décembre 2015, l’heure était à la fête ! Une soirée de réveillon a finalement eu lieu au centre d’hébergement de Saint-Beauzire. Les 48 migrants étaient là ainsi qu’une cinquantaine de personnes dont une vingtaine de bénévoles venus accompagnés de leurs amis ou de membres de leur famille. « C’était un émouvant passage à l’année suivante », raconte Didier. « Un vrai beau moment de partage et de convivialité ! » L’année 2016 débute sous d’heureux auspices! « It was a free day ! », a glissé l’un des migrants le lendemain.

 

La Fédération Léo Lagrange se mobilise
Fidèle à son engagement républicain et en écho aux souhaits exprimés par ses salariés et militants, la Fédération Léo Lagrange a officiellement écrit le 15 septembre 2015 un courrier adressé au Président de la République pour manifester son souhait d’agir aux côtés de la puissance publique et contribuer à l’aide apportée aux réfugiés sur le territoire français. La Fédération Léo Lagrange s’est ainsi proposé de mettre à disposition de l’État deux des sites qu’elle gère, dont le centre d’hébergement de Saint-Beauzire, le second se trouvant en Gironde.
Les services de l’État ont instruit cette proposition pour aboutir, le 28 octobre, à l’agrément du centre de Saint-Beauzire pour l’accueil d’une cinquantaine de migrants par la Préfecture de Haute-Loire. Le Maire de Saint-Beauzire et son conseil municipal ont soutenu cette initiative, votée à l’unanimité en faveur de l’accueil des migrants.

La Fédération Léo Lagrange est heureuse de pouvoir participer à l’effort national pour proposer des solutions d’accueils dignes à des personnes épuisées par des mois d’errance.

En savoir plus sur le positionnement et l’engagement de la Fédération Léo Lagrange vis-à-vis de l’accueil des réfugiés :

 

Site web pictoEn savoir plus : Réfugiés : l’éducation populaire se mobilise

 

Site web pictoEn savoir plus : Accueil de réfugiés au centre Léo Lagrange de Saint-Beauzire

 

 

 


Vers le haut