Notre pays dispose d’un formidable atout pourtant sous-estimé : aux réseaux TGV et TER, s’ajoute un troisième réseau de trains Intercités, soit 35 lignes desservant 355 villes du territoire. Ces trains aussi connus sous le nom de Corail, Téoz ou Lunéa sont hélas en perte de vitesse, avec une baisse inexorable du nombre de passagers, qui risque de s’aggraver avec la concurrence des bus et l’essor du co-voiturage.

Certes, il faut saluer l’effort de l’Etat, responsable de ce réseau avec la SNCF, qui a entrepris une modernisation des trains à hauteur de 1,5 milliards euros. Mais ce renouvellement ne suffira pas. Il est temps de donner une nouvelle vocation aux trains Intercités !

Comment ? En créant une carte de voyages illimités, les week-ends, vacances et jours fériés. Une carte à un tarif unique et accessible à tous, qui donne ensuite un accès gratuit à l’ensemble des trains Intercités. Pour faciliter les départs spontanés en vacances par le train, même le temps d’un week-end.

“Une carte de voyages illimités les week-ends, vacances et jours fériés, à un tarif accessible à tous les Français.”

Les effets positifs espérés sont nombreux. D’abord pour l’avenir des trains Intercités, qui pourraient trouver grâce un second souffle avec un nombre de voyageurs. Pour notre économie également : développer le tourisme intérieur, c’est soutenir la croissance et la création d’emplois non délocalisables, notamment dans la “France des villes moyennes” que desservent ces lignes Intercités. Les Français dépensent chaque année près de 100 milliards d’euros en France, soit deux fois plus que les touristes étrangers. Cette carte pourrait aussi avoir des effets positifs pour notre environnement : les Français pourraient privilégier le rail plutôt que la route pour leurs loisirs. 88% se déclarent d’ailleurs aujourd’hui prêts à agir en faveur de l’environnement pendant leurs vacances.

“80 ans après les premiers congés payés, un tiers des Français ne part toujours pas en vacances”

Un effet bénéfique enfin pour fédérer notre pays. Parce que 80 ans après les premiers congés payés, un tiers des Français ne part toujours pas en vacances. Les obstacles sont financiers, matériels ou bien souvent dans les têtes ; l’absence de voiture individuelle rend tout projet de voyage irréalisable. Le droit aux vacances, c’est une des conquêtes sociales qu’il nous faut conserver et faire progresser. Les voyages, même le temps d’un week-end, forment la jeunesse, dissipent cette crainte irrationnelle de l’inconnu, créent des moments de partage pour les familles et ouvrent de nouveaux horizons à chacun.

Retrouvons le bel élan du Front populaire ! Nous demandons à l’Etat et la SNCF de mettre cette carte en vente sans plus attendre. C’est une proposition concrète, un moyen simple et facile de découvrir ou redécouvrir l’extraordinaire diversité de son patrimoine naturel, historique et culturel. On aime d’autant mieux ce qu’on a eu la chance de connaître. Donnons cette chance à tous les Français.