Les salarié.e.s du service enfance de la Salvetat-Saint-Gilles mobilisé.e.s !


À la Salvetat-Saint-Gilles (31), un service minimum d’accueil de loisirs pour les enfants a été mis en place dès le début du confinement et ce, également pendant les week-end et les vacances scolaires.

« Dès le début du confinement, en concertation avec la municipalité, un service minimum d’accueil de loisirs pour les enfants a été proposé gracieusement aux parents travaillant en établissements de santé et médico-sociaux », raconte Nathalie Zamora, coordinatrice Léo Lagrange du service enfance de la Salvetat-Saint-Gilles. « Nous ne nous sommes pas posés de questions. Je me sentais concernée aussi bien en tant que professionnelle que citoyenne. »

7 salarié.e.s volontaires
Nathalie et Christel, directrice d’un accueil de loisirs associé à l’école (ALAE) de la Salvetat-Saint-Gilles, assurent l’accueil des enfants. Cinq autres salarié.e.s Léo Lagrange se sont porté.e.s volontaires pour prendre le relais ou venir en soutien si besoin est : Céline, coordinatrice du dispositif CLAS (Contrat local d’accompagnement à la scolarité) et de la ludothèque, Cindy, directrice adjointe d’un ALAE, Hortense, accompagnatrice CLAS, Isabelle et Thibault, animateurs.

« Chaque jour, nous accueillons en moyenne 8 enfants, âgés de 3 ans et demi à 10 ans », explique Nathalie. Un accueil maternelle et élémentaire sont mis à disposition des familles dont au moins un des deux parents travaillent à l’hôpital, en EHPAD mais aussi en tant que gendarmes, pompiers, travailleur.se.s sociaux… « Dans l’idéal, les parents qui souhaitent nous confier leurs enfants nous envoient un mail ou nous appellent la veille. Nous nous adoptons aux besoins des familles », poursuit Nathalie.

S’adapter dans la bonne humeur
« Nous nous sommes adaptés et avons mis en place des règles d’hygiène strictes », explique Nathalie. « Le fonctionnement de l’accueil reste, quant à lui, le même. Nous continuons de respecter le rythme des enfants et de proposer une dynamique collective (jeux sportifs, de société) en prenant des précautions. » Chaque enfant a son matériel (livres, jeux…) qu’il garde toute la journée. Le matériel est décontaminé plusieurs fois dans la journée et le soir avant de partir. Les jeux en matière tissu ont été supprimés. « Nous rappelons tout au long de la journée les gestes barrières. Les enfants sont installés à un mètre les uns des autres et vont très régulièrement se laver les mains. »

Les repas continuent d’être pris à la cantine. Par ailleurs, la commune, qui avait souhaité accueillir gracieusement les enfants, propose également aux parents des plateaux repas pour toute la famille. « Je passe commande auprès de la cantine. Je récupère les plateaux à midi, les mets au frais et les distribue aux parents le soir quand ils viennent chercher leurs enfants. »

« L’ambiance n’est pas du tout anxiogène », témoigne Nathalie. « Les enfants se sont adaptés et les journées se déroulent tranquillement. Les enfants sont contents et les parents reconnaissants ! »

Garder le lien
Par ailleurs, le CLAS et la ludothèque continuent de maintenir le lien avec les familles qui fréquentent leurs structures. Le CLAS a été sollicité par certaines familles qui avaient des difficultés pour assurer « l’école à la maison ».  Céline, coordinatrice du dispositif CLAS et de la ludothèque, les accompagne à distance et de manière individualisée en leur proposant des outils, des astuces…

La ludothèque accompagne également les familles pour mieux vivre le confinement. Céline, Thibault et Jennifer, ludothécaires, animent bénévolement et régulièrement la page Facebook de la ludothèque afin de donner des idées de défis et d’activités ludiques !

Un grand merci à Nathalie, Christel, Céline, Cindy, Hortense, Thibault, Isabelle et Jennifer !!!


Vers le haut