L’ombre du Soleil: pièce de théâtre réalisée par les personnes détenues en Yvelines

Léo Lagrange Nord-Ile-de-France intervient dans les trois établissements pénitentiaires des Yvelines pour coordonner et mettre en place des actions socioculturelles. Conformément à son engagement, elle entend promouvoir la culture par tous, pour tous et en tous lieux. « L’ombre du Soleil » est une pièce de théâtre entièrement conçue par les personnes détenues à Versailles, Bois d’Arcy et Poissy. Retour sur ce projet à grande échelle !

Le château de Versailles est un partenaire ancien et régulier du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP 78). Le partenariat a débuté, pour des raisons de proximité, à la maison d’arrêt des femmes de Versailles sous la forme d’ateliers. Le château a ensuite élargi ses interventions au centre pénitentiaire de Bois d’Arcy. Au regard de ces actions, le SPIP et le château de Versailles ont eu l’envie de construire un projet d’envergure intégrant les trois établissements du département, autour de l’exposition « Fêtes et divertissement au Château ». C’est ainsi qu’est né le projet « L’ombre du Soleil » dont l’objectif est la réalisation d’une pièce de théâtre entièrement conçue par les personnes détenues à Versailles, Bois d’Arcy et Poissy.

Les participants ont ainsi contribué à la création de l’œuvre dans son ensemble, de l’écriture à la conception d’éléments de costumes, en passant par les décors soit les toiles de fond peintes et les éléments de mobilier, pour finir par la mise en scène et le jeu théâtral.

Afin de mener à bien le projet, le Château de Versailles s’est appuyé sur le directeur technique du Petit Théâtre de la Reine, Jean-Paul Gousset, les techniciens et régisseurs du Petit Théâtre, des maîtres d’arts travaillant pour Versailles mais aussi des artistes et artisans extérieurs. La compagnie « L’Art éclair » et son metteur en scène Olivier Brunhes ont accompagné la partie théâtrale. L’atelier du Bégonia d’Or, en particulier la maître d’art-brodeuse d’or Sylvie Deschamps, a permis la réalisation des éléments de costumes. Le peintre décorateur Antoine Fontaine et son équipe ont guidé les participants sur les décors peints et l’ébéniste Grégoire Foucher sur la conception du mobilier.

A l’origine, un atelier d’écriture

Ce projet a débuté en mai 2017 par la mise en place d’atelier d’écriture au sein de la maison d’arrêt de Versailles animé par la compagnie de théâtre. Des ateliers d’écriture ont eu lieu également chez les hommes à Bois d’Arcy à partir du mois d’août 2017. Une trame et une intrigue ont ainsi pu émerger par le biais d’exercices d’écriture et d’improvisation.

En parallèle, des conférences ont eu lieu sur l’ensemble des établissements autour du théâtre au Château et la vie à la Cour permettant aux personnes détenues de se familiariser avec le sujet. A partir de janvier 2018, les femmes ont été amenés à travailler la broderie d’or et ont réalisé deux modèles différents les « Tatez-y » et « l’Ordre du Saint Esprit ». Une douzaine de broderies agrémentent les costumes des comédiens.

A Bois d’Arcy, deux sessions de décors ont permis la création des toiles de fond. Les participants ont réalisé seize panneaux peints sur toile de dimension 1 x 3 m en utilisant les techniques anciennes de peinture sur toile, montés sur châssis en bois, qu’il est possible d’assembler afin d’en faire des paravents de dimensions scéniques. Les décors peints représentent un grand drapé, un paysage de même dimension au dos du drapé, puis deux panneaux d’architecture classique avec colonnes et enfin deux panneaux de forêt. Concevoir les décors sous la forme de paravents permet des décors mobiles et pratiques, notamment pour les changements de scène. A la Maison Centrale, le travail du bois a été long et minutieux. Les participants ont réalisé des tables semi-basses et chaises.

Et maintenant, en scène !

Depuis octobre 2018, accompagnés par le metteur en scène et son équipe artistique: comédiens, danseuses et musiciens, les hommes et les femmes des deux maisons d’arrêt travaillent leurs textes et s’imprègnent de leurs rôles avec implication et bonne humeur. Ils sont montés sur les planches de la salle du Jeu de Paume les 14 et 15 décembre 2018 devant un public de partenaires, personnels, familles et proches des participants au projet.

Léo Lagrange Nord-Ile-de-France et le milieu carcéral francilien

Depuis 2016, Léo Lagrange Nord-Ile-de-France gère la mise en œuvre de la coordination culturelle à desti-nation des personnes placées sous main de justice en Ile-de-France. Elle assure ainsi la programmation culturelle à destination de l’ensemble des personnes détenues en Ile-de-France.

 

La programmation se veut la plus large possible de l’organisation d’évènements de divertissement à des projets plus soutenus et exigeants en termes d’implication ; une programmation ayant également pour voca-tion de permettre à la fois l’approfondissement de disciplines et la découverte de nouvelles pratiques cultu-relles et socioculturelles.


Vers le haut