Portfolio Ouvrir toutes les routes

A Nantes, le TriptiC-Café des Initiatives 16-25 ans, pépinière d’initiatives jeunesse gérée par Léo Lagrange Ouest, accueille les jeunes qui souhaitent monter des projets, partir en vacances, s’engager, participer à un programme de mobilité européenne ou tout simplement s’informer. La pépinière ouvre le champ des possibles et donne aux jeunes des clés pour réaliser leurs envies.

© Photos Benjamin Géminel

  • A Nantes, le TriptiC-Café des Initiatives 16-25 ans, est la seconde pépinière d’initiatives jeunesse gérée par Léo Lagrange Ouest depuis janvier 2012. Elle est implantée dans les quartiers Est de Nantes, territoire qui jusque-là n'accueillait pas de structures dédiées à l'accueil des 16-25 ans.

  • Les quartiers Doulon-Bottière, Nantes-Erdre ainsi que le nouvel éco-quartier du Chénaie forment un territoire mosaïque. « Il existe un véritable enjeu de cohésion du territoire. L’une des missions du TriptiC est de créer des rencontres entre les populations », explique Sylvain Martini, délégué territorial à l’animation pour Léo Lagrange Ouest.

  • La mission du TriptiC est d’encourager, d’accompagner et de soutenir les initiatives et projets de jeunes âgés entre 16 et 25 ans. « Au vu du diagnostic territorial, le TriptiC doit également appuyer le parcours d’insertion des jeunes à travers l’accompagnement des initiatives », complète Sylvain. « L’objectif est d’accompagner les jeunes à mieux s’insérer professionnellement et socialement et ce, de manière citoyenne. »

  • Que ce soit pour créer une association, partir en vacances ou participer à un programme de mobilité européenne, la pépinière offre un accompagnement personnalisé aux jeunes afin de faciliter la réalisation de leur projet. C’est également un lieu d’information où ils peuvent trouver des idées d’action ou d’engagement.

  • « L’objectif du TriptiC est aussi de faire éclater les frontières du quartier », précise Sylvain. « Notre rôle est d’inciter les jeunes à s’ouvrir à l’ailleurs, à participer aux événements de la ville de Nantes qui se passent en dehors de leur quartier par exemple. » Ce travail de décloisonnement territorial se traduit également par des projets de mobilité qui s’appuient notamment sur deux dispositifs : Mobi +, issu du programme européen Leonardo da Vinci, et ANCV Soléo, né du partenariat entre l’Agence nationale pour les chèques-vacances (ANCV) et la Fédération Léo Lagrange.

  • Grâce à Mobi+, des jeunes peuvent vivre une première expérience de stage à l’étranger, dans des domaines adaptés à leurs projets professionnels et ce, durant 5 semaines. « L’objectif est de débloquer des situations », explique Thomas Bevand, coordinateur du TriptiC. Les jeunes bénéficiaires sont demandeurs d’emploi et peinent à définir un projet professionnel motivant. « Cette expérience leur permet de se découvrir, de développer des compétences linguistiques, de se mettre au défi dans un contexte professionnel différent, de renforcer leur confiance en eux et leur capacité d’adaptation ! »

  • Virginie vient régulièrement au TriptiC pour « assister aux événements organisés ici ou encore participer aux cafés citoyens, au festival SPOT ». Elle est également encadrante pour Plan Job, un dispositif de la ville de Nantes, coordonné depuis 2008 par Léo Lagrange Ouest, pour les jeunes des quartiers prioritaires de 16 à 21 ans. C’est au TriptiC qu’elle a entendu parler pour la première fois du dispositif Mobi +. « J’ai réalisé un stage dans une boulangerie en Irlande. Ce fut une belle expérience à la fois professionnelle et humaine. Cela m’a mise dans une posture dynamisante avec l’envie de repartir et de reprendre une formation. »

  • Le dispositif jeunesse ANCV/SOLEO permet, quant à lui, de soutenir les projets de vacances par un accompagnement méthodologique et une aide financière. Depuis sa création en 1950, la Fédération Léo Lagrange prône l’accès aux vacances comme un véritable outil d’émancipation des individus. « Partir en vacances est un droit », défend Sylvain. « Ce n’est pas parce que vous êtes demandeurs d’emploi que vous n’avez pas le droit de partir en vacances», explique Thomas à des jeunes qui ne s’autorisent pas à penser aux vacances. « C’est important de rompre avec son quotidien. »

  • « Dans 9 cas sur 10, nous proposons une destination européenne. L’objectif est de leur faire découvrir un nouvel environnement », poursuit Sylvain. « Quand des jeunes se lancent dans ce type de projet, ils prennent du plaisir, se projettent, sont surpris. La mobilité, c’est avant tout s’ouvrir à autre chose. Au retour, pas un n’est identique à ce qu’il était en partant. »

  • Abdoul, 16 ans, souhaite partir en Espagne, cinq amis d’enfance rêvent de Londres tandis que trois sœurs pensent à l’Italie comme premier voyage en Europe. Marie-Alice et Nathalie les accompagnent dans les différentes étapes de leur projet. « Dans un premier temps, nous identifions les besoins du jeune. A travers ce qu’il nous dit, nous essayons de voir ce que nous pouvons lui apporter », explique Nathalie. « Notre objectif est avant tout de le valoriser et d’élargir le champ des possibles », ajoute Marie-Alice.

  • Le TriptiC, ce n’est pas uniquement la mobilité internationale, c’est également un café des initiatives c’est-à-dire un lieu d’information, de diffusion culturelle qui vise à « donner envie et à permettre aux jeunes de s’y rencontrer, d’y développer des initiatives et projets dans une démarche de développement local, d’insertion sociale et citoyenne, d’action culturelle, de découverte de l’autre », présente Sylvain. « Notre programmation compte au moins un événement par semaine. Ce dernier peut prendre les traits d’un café citoyen ou d’une projection mais également d’une performance artistique », développe Laetitia, chargée de l'animation du café des initiatives.

  • Le TriptiC, et l’ensemble des pépinières d’initiatives jeunesse du réseau Léo Lagrange, véhiculent au quotidien une certaine vision des loisirs qui ne sont pas envisagés comme un temps de consommation mais comme un temps d‘engagement, de mise en perspective et d’émancipation. « Aux jeunes, il faut ouvrir toutes les routes », disait Léo Lagrange.


Vers le haut