Accueil | Toute l'actualité | Petite enfance : assurer la continuité de nos missions malgré le confinement

Petite enfance : assurer la continuité de nos missions malgré le confinement


Face à l’épidémie du coronavirus Covid-19 et au confinement qu’elle génère, l’ensemble des 66 établissements d’accueil du jeune enfant de Léo Lagrange Centre Est s’organisent et se mobilisent afin d’assurer la continuité de leurs missions de lien social, de soutien et d’accompagnement à la parentalité et de prévention, avec l’émergence possible de difficultés relationnelles dans les familles du fait du confinement.

Garder le lien
« Nous mettons en œuvre sur chacune de nos structures d’accueil petite enfance un dispositif permettant de maintenir le lien et l’écoute à destination de l’ensemble des familles usagères, en particulier les plus vulnérables », explique Aurélie Henrion-Gayet, directrice des activités Léo Lagrange Centre Est. « Les directeurs des sites, éducateurs de jeunes enfants ou infirmières, en lien avec l’équipe, mettent en place cette modalité d’aide aux familles. »

Maintenir le lien avec les familles est le premier objectif des établissements d’accueil du jeune enfant de Léo Lagrange Centre Est. Et tous les moyens numériques sont bons ! Via l’application web et mobile Léo Lagrange, les sites Internet des structures, par mails, les directeur.rice.s de structure échangent plusieurs fois par semaine avec les familles en partageant des idées d’activités, des articles, des outils pédagogiques, des défis… Les directeur.rice.s sont également présent.e.s au moins une demi-journée par semaine pour répondre par téléphone aux  sollicitations et questions des familles utilisatrices de la structure.

Soutenir les familles les plus vulnérables
Ce maintien du lien social est particulièrement important pour les familles en situation de vulnérabilité : familles monoparentales, en difficulté sociale, avec un enfant malade ou en situation de handicap, famille nombreuse, en cours de séparation….  L’équipe de chaque structure est d’autant plus attentive à ces familles et leur téléphone une fois par semaine afin de maintenir plus étroitement le lien, faire un état de la situation, et les accompagner. « Nous accordons une place de choix aux parents dans la vie de nos structures. Les directeurs nouent des relations de confiance avec les familles », explique Aurélie. « Nous accueillons leurs enfants tous les jours. Les familles sont plus à même de nous parler, d’évoquer des difficultés ou de partager des interrogations. » Cette proximité permet d’apporter une réponse personnalisée et adaptée aux familles plus vulnérables.

« Nos établissements sont inscrits dans leurs territoires », explique Aurélie. Les structures petite enfance Léo Lagrange adaptent leur projet pédagogique aux réalités et spécificités du territoire où elles sont implantées. Elles travaillent en lien avec les partenaires du territoire pour la mise en œuvre et le suivi d’actions de prévention spécifiques et individuelles notamment avec les services de la Protection maternelle et infantile (PMI). « Par ailleurs, nous avons tissé un réseau de professionnels sur chaque territoire que nous pourrons solliciter en cas de problématique spécifique : psychologues, ergothérapeutes, formateurs en communication bienveillante… », poursuit Aurélie.

Affirmer le rôle social des structures petite enfance
« Les semaines à venir seront, je l’espère, l’occasion de développer toutes formes d’initiatives locales pour apporter un soutien renforcé aux enfants protégés et aux professionnels qui les accompagnent au quotidien. Il est important que vous puissiez bénéficier de l’appui des services de l’Etat dans les départements pour proposer tout dispositif de renfort : mobilisation du secteur scolaire, universitaire, sportif, de l’éducation populaire… »
Lettre d’Adrien Taquet, secrétaire d’Etat auprès du ministre des solidarités et de la santé à l’attention des président.e.s des conseils départementaux

« L’extrait de cette lettre a résonné », explique Aurélie. « Nous souhaitons avoir une autre profondeur dans l’accompagnement des familles, notamment les plus vulnérables. Nous sommes le premier dispositif de droit commun auquel les familles ont accès et le premier lieu de socialisation des enfants. Les crèches ont un rôle de prévention : accompagner une possible problématique parentale tout en restant dans un dispositif de droit commun. »

Actrice de l’éducation, entreprise de l’économie sociale et solidaire et association citoyenne, la Fédération Léo Lagrange souhaite, à travers ses structures petite enfance, prévenir la formation des inégalités dès le plus jeune âge, en favorisant la socialisation des tout‐petits, en soutenant les familles dans la parentalité…

En cette période de confinement, les établissements d’accueil du jeune enfant poursuivent, en les adaptant, leur mission de lien social, de prévention, de soutien et d’accompagnement à la parentalité. Merci pour tous les professionnel.le.s mobilisé.e.s !!!!