Portfolio A la découverte des œuvres du Musée des Augustins à Toulouse

Depuis janvier 2013, le musée des Augustins, musée des Beaux-Arts de la ville de Toulouse, a confié l’animation de ses ateliers artistiques à la délégation régionale Léo Lagrange Midi-Pyrénées.

Nathalie Doussot-Izarn, coordinatrice Musée des Augustins pour Léo, et son équipe accueillent les scolaires de la maternelle au collège, les accueils de loisirs, les centres culturels ou d’animation mais aussi les enfants en individuel ou en famille pour les emmener à la découverte des œuvres du musée et de différentes pratiques artistique.

© Photos Arno Brignon

  • « Nous partons à la rencontre des monstres du Moyen-Age, vous êtes prêts ? », lancent Sophie Lasserre et Pascale Latour, médiatrices culturelles. Un oui franc résonne dans la salle qui accueille la collection de sculpture romane du musée.

  • « Pour vous, à quoi ressemble un monstre ? » Les réponses fusent : « Un griffon ! Un dragon ! Une méduse géante… ! » Du cloître aux salles médiévales, les enfants, en classe de CP, font connaissance avec les créatures imaginaires sculptées par les tailleurs de pierre.

  • « Décrivez-moi le monstre que vous voyez ? Qu’a-t-il de bizarre ? » lance Sophie. « Sa tête ne va pas avec son corps », remarque Thomas. « Il a une tête d’homme mais une langue d’animal, des cornes et des sabots ! », ajoute Marjorie. « Eh bien, vous venez de découvrir la recette de fabrication d’un monstre. Maintenant à vos crayons ! »

  • Ces ateliers visent avant tout à initier le regard des enfants, à leur donner des clefs de lecture à travers le jeu, l’imaginaire, les contes... « Ils apprennent à lever les yeux sur une œuvre, à la regarder », explique Pascale.

  • Une fois leur propre monstre dessiné, direction le cloître. Là, les enfants découvrent de façon ludique le monde des gargouilles en les observant, les dessinant, les approchant de près…

  • « Notre objectif est que les enfants prennent plaisir à venir au musée. On souhaite les amener à être curieux », explique Nathalie. Un objectif visiblement atteint comme l’atteste ce parent d’élève qui revient avec ses enfants pour la 3e fois.

  • L’atelier modelage commence par une démonstration de Sophie qui travaille l’argile. Les enfants regardent fascinés le monstre se former sous leurs yeux. Les ateliers leur permettent de découvrir des pratiques plastiques nouvelles : modelage, peinture acrylique et « a tempera », pastel à l’huile…

  • « C’est la pratique du modelage avec les enfants qui m’a donné envie de reprendre la sculpture. » Sophie a son propre atelier où elle travaille le plâtre et l’argile. Pascale, elle, est une touche à tout : sculpture sur pierre, art thérapie, flûte traversière…

  • Nous quittons le Moyen-Age et ses monstres pour découvrir des tableaux du 18e et 19e siècles. Après avoir contemplé différents portraits, réfléchi à la notion de proportion, remarqué les jeux d’ombre et de lumière, les enfants réalisent le portrait de la Baronne de Crussol.

  • « Les ateliers sont interactifs. Les enfants alternent observation et création », commente Nathalie. Faisant échos aux programmes d’histoire en y mêlant des pratiques plastiques, ces ateliers séduisent les enseignants. Cette année, plus de 6000 scolaires ont pris part à ces activités.

  • Les portraits se prolongent en peinture. Tous réunis autour des deux grandes tables de l’atelier. Petits et grands se munissent de leur palette de couleurs primaires et de leur pinceau pour réaliser des portraits parfois haut en couleurs.

  • « C’était un moment très sympa. Ma fille a adoré ! Nous reviendrons sans aucun doute. » De nombreux univers restent encore à découvrir : les histoires bibliques et légendaires, les trésors du Moyen-Age ou les représentations du paysage. Par ailleurs, chaque année, au moins un nouvel atelier est créé


Vers le haut