Accueil | Toute l'actualité | Régionales 2015 : #Ouijevote !

Régionales 2015 : #Ouijevote !

regionales-2015-encadre-web

J-3 avant le premier tour des élections régionales !
Les 6 et 13 décembre prochains, soyez au rendez-vous !
Comme la liberté, la démocratie ne s’use que si on ne s’en sert pas.

4 RAISONS D’ALLER VOTER

  • « Voter est un droit, c’est aussi un devoir civique », c’est bien ce qu’on peut lire sur les cartes d’électeur. Le vote est considéré comme un devoir moral du citoyen(ne).
  • Tant de gens, par le passé, se sont battus pour obtenir le droit de vote et tant continuent à le faire dans beaucoup de pays. Le vote fait partie de ces libertés qui semblent « naturelles », et dont on ne perçoit l’importance que si elles viennent à disparaître.
  • Peut-on se plaindre des politiques menées si on néglige les occasions de participer à leur choix ? En démocratie, les élections sont le premier et le plus simple des modes d’action. Ne pas voter, c’est laisser les autres décider pour nous.
  • Mieux vaut voter blanc que de ne pas voter du tout. Le vote blanc est comptabilisé et peut être interprété (il porte un message). L’abstention est difficile à interpréter : indifférence à la politique, incompréhension des enjeux, absence d’adhésion suffisante aux projets de tous les candidats, refus de la démocratie représentative ?

 

LES ÉLECTIONS RÉGIONALES EN 4 QUESTIONS 

À quoi ça sert ?

À élire pour une durée de 6 ans les conseillers régionaux, à savoir les personnes qui présideront les 13 nouvelles grandes régions métropolitaines. Les conseillers régionaux composent le conseil régional, assemblée délibérante de la Région. Le conseil régional règle les affaires de la région en assemblée plénière ou en commission permanente.

Quelles sont les 13 régions ?

Les 13 nouvelles grandes régions métropolitaines ont été définitivement adoptées le 17 décembre 2014 par le Parlement, dans le cadre de la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République).

Cette nouvelle carte acte le rattachement des régions :

  1. Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine,
  2. Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes,
  3. Auvergne et Rhône-Alpes,
  4. Bourgogne et Franche Comté,
  5. Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées,
  6. Nord-Pas-de-Calais et Picardie,
  7. Basse-Normandie et Haute-Normandie,

6 régions restent inchangées :

  1. Bretagne,
  2. Corse,
  3. Centre,
  4. Île-de-France,
  5. Pays de la Loire,
  6. Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Pourquoi cette réforme ?

La loi NOTRe, définitivement adoptée le 16 juillet dernier par les députés, a fixé les compétences (c’est-à-dire les missions et fonctions) des différentes collectivités locales comme les régions.

Cette loi avait pour vocation de réaliser des économies importantes pour le budget de l’État en simplifiant le « millefeuille administratif » issu des différents niveaux de collectivités (régions, départements, intercommunalités et communes).

Quelles sont les compétences des régions ?

Cinq domaines de compétences principaux :

  • le développement économique (aides aux entreprises…)
  • l’aménagement du territoire
  • l’éducation et la formation professionnelle (enseignement supérieur, gestion des lycées, apprentissage, formation continue, insertion des jeunes en difficulté…)
  • la gestion des transports en commun (TER, RER, transports scolaires…)
  • la gestion des fonds européens

Ces régions pourront aussi jouer un rôle de coordination vis-à-vis des domaines de l’emploi et de l’environnement.

D’autres domaines tels que la culture, les sports, le tourisme, le patrimoine ou bien l’éducation populaire seront à la fois administrés par les régions en compétences partagées avec les départements.