Signez la pétition pour rendre obligatoire le nutri-score!


Plusieurs associations de consommateurs européennes, dont l’Association Léo Lagrange pour la défense des consommateurs (ALLDC), ont lancé l’initiative citoyenne européenne « Pronutriscore » pour rendre obligatoire l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score sur les
emballages des produits alimentaires en Europe. Selon la législation européenne, il faut un million de signatures via le site officiel de la Commission  www.pronutriscore.org pour que l’exécutif européen se positionne.

Nous, professionnels de santé, sociétés savantes et associations françaises de consommateurs et de patients, soutenons cette initiative et appelons les citoyens à la signer. Cette amélioration de l’information des consommateurs quant à la qualité nutritionnelle des produits alimentaires transformés est un enjeu majeur de santé publique!

Il est aujourd’hui reconnu que l’alimentation joue un rôle majeur sur le risque ou la protection de maladies chroniques, telle que l’obésité, les maladies cardiovasculaires, certains cancers ou le diabète. Il est également reconnu qu’il est important de baser son alimentation sur des produits pas ou peu transformés. Mais qu’attend-t-on pour rendre l’étiquetage des produits alimentaires transformés enfin intelligible à l’échelon européen? Actuellement, les tableaux réglementaires sur les emballages des produits sont jugés illisibles et incompréhensibles. Une enquête d’Opinionway souligne clairement que les Français ne s’y retrouvent pas : 62 % jugent les informations peu transparentes et 61 % insuffisantes.

Il importe donc de traduire ces tableaux sur le dos des emballages en un logo simple et lisible placé sur la face avant des produits, pour reconnaître et comparer la valeur nutritionnelle des aliments.

Conçu par des chercheurs indépendants, le Nutri-score comprend 5 classes de qualité nutritionnelle, allant du vert (associé à la lettre A) à l’orange foncé (associé à la lettre E). L’algorithme sous-tendant le Nutri-Score attribue à chaque produit alimentaire un score unique en fonction de sa composition nutritionnelle en éléments négatifs pour la santé, quand les quantités consommées sont trop importantes (calories, sucres, acides gras saturés et sodium), et en éléments positifs pour la santé (fibres, pourcentage de fruits et légumes et protéines).

Si la bataille pour obtenir ce modèle officiel en France a été longue et difficile, il n’en reste pas moins que ce système coloriel est, du fait de la législation européenne, facultatif et ne s’impose pas sur l’ensemble des produits. Or, pour que le Nutri-Score soit réellement efficace, il faut qu’il soit affiché sur tous les produits alimentaires transformés. Mais de grandes firmes agro-alimentaires refusent de jouer le jeu. Afin de contraindre tous les industriels à l’afficher, il faut modifier le règlement européen actuel.

Au moment où, plusieurs autres Etats membres reconnaissent eux aussi le Nutri-Score officiellement sans pouvoir le rendre obligatoire, il nous faut faire pression auprès de la Commission européenne pour l’imposer au nom de l’intérêt des consommateurs européens.  Pour rendre le Nutri-Score obligatoire, mobilisons-nous. Obtenons une avancée concrète s’agissant de l’information des consommateurs, mais aussi et surtout, de la santé publique des Européens. Engagez-vous et signez la pétition « Pronutriscore » sur le site officiel de la Commission européenne : www.pronutriscore.org![1]

[1] Conformément au texte européen sur l’initiative citoyenne européenne, chaque État membre détermine les données impératives pour pouvoir valider la signature. En France, il est impératif de renseigner son numéro de carte d’identité/passeport. Les données personnelles sont collectées par un site officiel de la Commission européenne, sécurisé. Elles sont hébergées par l’institution en Europe et ne font l’objet d’aucun échange ou transfert… La seule finalité de cette collecte par les autorités est de garantir l’identité du signataire “votant” comme pour une élection.

L’Association Léo Lagrange pour la défense des consommateurs assure une présence de proximité en apportant aux citoyen.ne.s, particulièrement aux plus démuni.e.s, information, conseil et aide juridique. Elle met aussi en œuvre différents leviers au niveau collectif tels que la négociation à l’échelon national ou européen pour l’élaboration de nouvelles normes ou la participation aux campagnes nationales d’information et de sensibilisation.
L’éducation à la consommation est le pilier de l’action de l’ALLDC. Il s’agit pour elle de défendre le.la citoyen.ne dont les droits fondamentaux peuvent être lésés par les lois du marché, favoriser des filières de production plus respectueuses de l’homme et de l’environnement, développer une éthique de la consommation basée sur le commerce éthique et équitable, et contribuer à la transformation sociale.

L’ALLDC en quelques chiffres, c’est
3 salariées
1 service civique
Une quinzaine de bénévoles actifs
71 lieux de permanences juridiques
Près de 10 000 heures de permanence chaque année
1 site web www.leolagrange-conso.org
1 newsletter mensuelle


Vers le haut