Un festival qui donne la parole à la jeunesse

Structure associative départementale, créée en 1993 à Albi (81), la Fédération Léo Lagrange Tarn illustre la philosophie du mouvement, qui se veut démocratique et résolument ancrée au cœur des territoires. Elle est affiliée à la Fédération Léo Lagrange depuis 1994. En mars 2019, elle a organisé la 12ème édition de son festival de courts métrages « La parole est à la jeunesse ».

Le festival, espace de découverte et d’expression

Les 29 et 30 mars, ce sont plus de 300 festivalier.ère.s (hors organisateur.rice.s) qui ont participé au Festival de courts métrages « La parole est à la jeunesse », sur le thème « légèreté ».
Le public était de tout âge, comprenant des familles, des ami.e.s, des jeunes qui ont participé au concours et des personnes intéressées par l’image.
Les collégien.ne.s d’une classe de 4ème ont découvert les métiers du cinéma, rencontré une monteuse truquiste, une vidéaste, une silhouette, un photographe plateau. Ils ont pu visiter les coulisses du cinéma. Les festivaliers de tout âge et tout horizon ont eu la possibilité de faire des photos incrustées, des films d’animation, imprimer en 3D…
Le point d’orgue du festival était la présentation de cinq films réalisés de l’écriture du scénario jusqu’au montage final par une vingtaine de jeunes tarnai.se.s, accompagnés par des réalisateurs.rice.s professionnel.le.s.
Deux expositions étaient organisées autour du festival. La première, réalisée par le club photo de Rabastens, a été exposée dans les commerces, le musée de Rabastens, et dans les médiathèques de la communauté de communes de Carmaux/Ségala. La seconde, sur les métiers du cinéma, continuera d’être visible dans les CDI des collèges et lycées.

Les lauréat.e.s 

  • « Babouchka », a été réalisé par des jeunes albigeois de 14 et 15 ans. Cette fiction a apporté un regard humoristique et a mixé les langues maternelles des jeunes. Ce film a reçu le prix du scénario.
  • « Toi ma Belle », sous la forme d’un clip, a croisé les regards des jeunes sur l’amour, leurs influences rap/culture américaine… Il a reçu le prix du meilleur clip.
  • « Le chant de la Sorgues » a offert aux spectateurs une fiction historique. Cette reconstitution a fait remonter les festivaliers à la fin de la guerre de 100 ans, dans notre région. Il a reçu le prix du meilleur film historique.
  • « Éclat » a bluffé le public par la sincérité du film et sa maturité, partageant avec les spectateurs la difficulté d’être et de devenir d’un adolescent. Il a reçu le prix de la meilleure interprétation.
  • Dans « Échappée », les jeunes ont partagé leur vision d’une vie quotidienne, entre lourdeur et légèreté. L’utilisation des couleurs et du noir et blanc a emporté le spectateur.

Des partenariats institutionnels, techniques et associatifs

Engagés dans le festival, la Mairie de Carmaux et la 3CS (la Communauté de Communes Carmausin Segala), ont pu partager leurs compétences, leur connaissance du territoire et leur réseau.
Sur le plan technique, l’association a pu compter sur des réalisateur.rice.s professionnel.le.s, ainsi que sur le Fablab de Carmaux, qui leur a prêté les imprimantes 3D par exemple.
Indispensables au festival, les partenariats associatifs, avec une association d’étudiants en cinéma, le Mouvement d’Éducation Populaire Léo Lagrange Tarn, et la MJC (Maison des jeunes et de la culture) de Rabastens (81) qui a organisé une exposition photo itinérante, dont le terminus s’est fait au festival.
Deux comités de pilotage, réunissant les différents partenaires, ont décidé des grandes lignes du festival au moins un an à l’avance.
Toutes les nombreuses parties prenantes du projet ont contribué à faire de ces deux jours un moment chaleureux et sympathique.

Une ambition déclinée en deux programmes

La fédération Léo Lagrange Tarn a une dimension départementale. En plus d’être un « accueil jeune », elle se déplace et créé des partenariats locaux. Ces accords comprennent la DDCSPP (Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations), le département du Tarn et la CAF.
L’association a l’ambition, à travers chacune de ses actions, de favoriser l’initiative et accompagner l’engagement des jeunes tarnais.e.s de 14 à 30 ans, leur permettre de se frayer un chemin et de trouver la place qu’ils méritent dans la société.
Le Festival de courts métrages « La parole est à la jeunesse » est l’opération phare des actions « d’Éducation à l’images » de la « Pépinière d’Initiatives Jeunesse ». Celle-ci propose également des actions d’accompagnement aux projets de jeunes : départs en vacances autonomes, mobilité internationale…
En parallèle de ses actions locales, l’association fait aussi office de coordinatrice de l’information jeunesse dans le Tarn (PIJ et RIJ). Elle a notamment reçu le label d’État “Information Jeunesse”.

L’information Jeunesse, création du ministère de la jeunesse (et des sports), est un espace ouvert à tous les jeunes de 13 à 30 ans, scolarisé.e.s ou non, sans condition d’origine, de statut, de ressources, voire de dossier administratif. Il se présente comme un lieu unique d’accueil de la jeunesse, sans rendez-vous et sans justification d’identité, sans finalité autre que donner les bons conseils. Le réseau information Jeunesse est service d’intérêt général, fondé notamment sur la coopération entre associations pour mieux accompagner les jeunes vers une citoyenneté de plein exercice.


Vers le haut