Vernissage de l’exposition « Je me souviens »

Vendredi 9 février, à 18 heures, se tient le vernissage de l’exposition « Je me souviens » dans le cadre de l’événement « La prison, oublions–là ».

Le vernissage a lieu, en présence de Nicolas Heitz, conseiller de la garde des sceaux, chargé de la coordination des politiques de la justice. Il sera suivi des interventions de François Sureau, avocat aux Conseils et écrivain, Bruno Cotte, ancien président de chambre à la Cour de cassation et à la cour pénale internationale, Samra Lambert, juge de l’application des peines, et Nathalie Vallet, éducatrice spécialisée à l’ARAPEJ 93.

Durant l’hiver 2015-2016, Valérie Manns, auteure et réalisatrice de films documentaires, a animé, à la demande de la Fédération Léo Lagrange, l’atelier d’écriture « Je me souviens » à la maison d’arrêt de Fleury- Mérogis, auprès d’un public d’une douzaine de participants ayant pour la plupart déjà passé un certain temps en détention.

Cette action culturelle a été mise en place dans le cadre du dispositif d’aide à l’écriture de scénario de la Région Ile-de-France. Ce dispositif a pour but de soutenir un auteur dans son projet d’écriture scénaristique et dans un projet culturel réalisé au sein d’une structure d’accueil. Ainsi, Valérie Manns a pu obtenir une bourse pour son futur long-métrage documentaire « L’Architecte du Désert ». Ce film raconte l’histoire d’un homme sortant de prison après avoir purgé une longue peine. Parallèlement, l’association Léo Lagrange Nord Ile-de-France a été soutenue par la DISP (Directions interrégionales des services pénitentiaires) pour la mise en place d’ateliers rencontres menés par la réalisatrice à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis.

« Je me souviens »

À partir de deux textes de George Perec, « Je me souviens » et « Espèces d’espaces », la réalisatrice a demandé aux participants de l’atelier de faire appel à la fois à leur mémoire et à leur imagination. Chaque détenu a ainsi raconté, écrit son histoire sur « je me souviens d’avant mon incarcération, je me souviens du moment où je suis passé de l’autre côté et le moment où je suis rentré en prison » explique Patricia Presta, déléguée territoriale à l’animation à Léo Lagrange Nord-Ile-de-France, en charge de la coordination culturelle en milieu pénitentiaire. Grâce à leurs souvenirs et aux reconstructions d’espaces qui leur ont été familiers à un moment particulier de leur vie, ils ont peint leur architecture intérieure, leur portrait à partir de leur vision du monde, de la façon dont ils l’habitent, des perspectives qu’il leur ouvre, des zones d’ombres et de mystères.

Durant ces sessions d’atelier, la photographe Karine Bouvatier est venue réaliser des portraits, au cours desquelles des échanges riches et passionnés ont eu lieu autour de la photographie, du portrait et de l’image, permettant aux participants de se recentrer sur eux-mêmes et de faire un retour sur ce qu’ils sont, leurs souvenirs, leur futur et de faire écho au plus profond d’eux-mêmes à leurs textes. Les photos sont, elles aussi, d’une grande beauté. Elles capturent le regard rieur, grave ou triste de ces hommes anonymes laissés pour compte. Un preneur de son était également de la partie pour leur faire lire leurs textes rappés ou pas sur une musique particulière que chacun avait choisi.

La restitution, un moment d’émotion

La restitution de l’atelier, organisée le 6 avril 2016, a eu lieu à la chapelle de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. « C’était magnifique, à un moment donné j’ai cru qu’il y avait plus de textes d’auteurs que d’écrit de détenus sauf que ce ne sont que des écrits des personnes. Je suis passée par toutes les émotions » raconte Patricia. Se prendre ainsi de plein fouet ces mots vibrants d’émotion et se trouver face à ces visages qui restent profondément humains donne à réfléchir.

Un livre, rassemblant les textes des participants en une seule voix, accompagné d’un film documentaire sonore à partir des textes lus par les personnes détenues elles-mêmes, a été édité à l’issue de l’atelier.

Mairie du 2e arrondissement (8 rue de la Banque, M° Bourse)
Du 1er au 28 février 2018, .
Entrée libre et gratuite.

Auparavant l’exposition itinérante a eu lieu du 1er au 20 décembre 2017 à la mairie du 4e (2, place Baudoyer) – Salle Leila Aloui et du 8 au 20 janvier à l’Institut protestant de théologie (83, boulevard Arago Paris 13e)


Vers le haut