Accueil | Toute l'actualité | La Fédération Léo Lagrange, toujours mobilisée pour l’accueil des réfugiés

La Fédération Léo Lagrange, toujours mobilisée pour l’accueil des réfugiés

À l’occasion de la journée mondiale des réfugiés ce 20 juin, la Fédération Léo Lagrange tient à manifester son attachement à la protection des réfugiés, son soutien aux acteurs qui les accompagnent et ainsi combattre les préjugés voire les discriminations qu’ils subissent. Fidèle à ses valeurs, la Fédération Léo Lagrange s’engage depuis 2015 pour l’accueil des réfugiés.

 

En France

Depuis 2015, la Fédération Léo Lagrange a mis à disposition de l’État deux des sites qu’elle gère, l’un dans la Haute-Loire, le second en Gironde, pour contribuer au nécessaire accueil des réfugiés. Depuis l’été 2019, le Centre d’accueil et d’orientation (CAO) de Saint-Beauzire (43) est devenu un Centre d’accueil de demandeur.se.s d’asile (CADA) et un Centre pour l’accueil et l’entraide des réfugiés réinstallés (CLLAERR).

Le CADA de Saint-Beauzire accueille 36 personnes et 2 familles (4 adultes et 6 enfants) de nationalité afghane, guinéenne, malienne, soudanaise, éthiopienne et sénégalaise. Le CADA a pour mission d’assurer l’accueil, l’hébergement ainsi que l’accompagnement social et administratif des personnes dont la demande d’asile est traitée par la France, pendant la durée d’instruction de cette demande.

Le CLLAEER de Saint-Beauzire assure l’accompagnement de 18 personnes et de 7 familles (11 adultes et 31 enfants) de nationalité soudanaise, érythréenne, centrafricaine, syrienne et sud soudanaise. Ces dernier.ère.s ont tou.te.s le statut de réfugié.e.s. Le CLLAEER les accompagne pendant 4 mois pour l’ouverture de leurs droits, la mise en place des cours de français, le suivi médical, la recherche de logement… Le CLLAEER les accompagne ensuite pendant 8 mois dans le cadre de leur installation.

Découvrez Odyssées, un web-documentaire réalisé par Christophe BEDROSSIAN, bénévole au CADA-CLLAERR de Saint-Beauzire.

Odyssées est le premier aboutissement d’un long travail qui met en valeur le parcours des exilés. Ce travail a été réalisé avec la participation active de certains réfugiés et bénévoles durant l’atelier vidéo mis en place au sein du centre pour filmer et parfois monter les interviews. Une partie importante des vidéos concerne les résidents, les bénévoles, les professionnels et partenaires du CAO puis du CADA-CLLAERR Léo Lagrange de Saint-Beauzire.

http://odyssees-webdoc.fr

Au Kurdistan d’Irak

Depuis 2016, la Fédération Léo Lagrange a noué un partenariat avec la Fondation France Libertés, pour former des animateurs dans 9 camps de réfugiés du Kurdistan d’Iraket pour y développer des activités éducatives favorisant la résilience des enfants déplacés et traumatisés. En septembre 2019, un nouveau programme de de trois ans a été lancé. Ce dernier fait suite aux actions réalisées ces dernières années, qui ont permis la formation de 13 formateurs, 43 animateurs et la mise en place d’activités pour plus de 8 000 enfants sur les camps de réfugiés et déplacés du Kurdistan d’Irak.

Le nouveau programme, cofinancé par l’Agence Française de Développement, vise à développer l’éducation non-formelle, grâce à trois axes d’intervention :

  • Un Centre de formation sera ouvert à Erbil, capitale du Kurdistan d’Irakien. Il accueillera des formations d’animateurs et de directeurs. Ce Centre d’éducation non-formelle sera un lieu d’échanges, de rencontres et de documentation permettant le rayonnement de cette filière au Kurdistan irakien.
  • Un réseau de 100 volontaires sera créé, formé et accompagné. Ce réseau sera chargé de mettre en place des projets au sein des communautés du territoire en fonction des besoins des populations afin de favoriser les initiatives et le développement au niveau local.
  • Des actions sur le terrain seront réalisées auprès des populations fragilisées, notamment la communauté yézidie déplacée au Nord du Kurdistan. Grâce à un partenariat avec Douleurs Sans Frontières, cet axe du programme proposera la combinaison de l’approche thérapeutique et celle de l’éducation non-formelle afin d’accompagner au mieux les populations victimes de lourds traumatismes.